Bienvenue

One Team One Goal : Victory

Les Chapitres




 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Déclic Kwai

 :: Chapitre 13
Mer 26 Juil - 22:44

Sortir du tunnel
Chap 13 - Ep 30



Le vent, fort, sifflait à ses oreilles et faisait danser ses cheveux, qui lui fouettaient le visage. Sa veste noire claquait de façon irrégulière sur son corps et il la retenait tant bien que mal avec ses mains, serrant les deux pans de tissu pour leur donner un peu de poids. Les pieds au bord d'un rocher aux arrêtes acérés, il regardait les vagues se fracasser quelques dizaines de mètres en dessous de lui, aux pieds de la falaise. Le ciel au dessus de lui était menaçant mais cette ambiance morose, voir même inquiétante, ne lui semblait pas anormale, au contraire. S'il était venu jusqu'ici, c'était bien pour cette raison... Pour cet orage... Pour cette falaise... Il regardait en bas, sourd et aveugle au monde extérieur, et ne cessait d'entendre au fond de son esprit cette petite voix, répétant sans cesse « saute ! ». Il était sur le point de le faire quand une voix, à côté de lui cette fois et non dans sa tête, l'interpella.

G - Tu vas sauter ?

Il sursauta et se retourna sur cette voix dans son dos, claire malgré le vent fort autour d'eux, et se retrouva face à un enfant. Un petit garçon qui ne devait pas avoir plus de sept ans. Il portait un ciré kaki et tenait un long bâton dans l'une de ses mains avec lequel il avait sans doute joué. Bien campé sur ses pieds, il dévisageait le coréen en attendant sa réponse, plissant les yeux dans les embruns.

K - J'allais le faire.
G - Pourquoi tu veux sauter ?

Le coréen ne savait quoi lui répondre. Il était déconcerté par les questions de l'enfant et ses répliques du tac au tac. Il haussa des épaules en cherchant un instant ses mots avant de répondre.

K - Parce que je ne veux plus vivre...
G - Pourquoi tu ne veux plus vivre ?
K - Parce que... Tu ne comprendrais pas...
G - Explique moi alors. Je ne suis pas idiot tu sais.
K - Parce que...

Il hésita un instant, soupira, et reprit.

K - Parce que je suis un monstre.

Le petit garçon le dévisagea plus encore, se penchant un peu dans tout les sens pour l'observer sous toutes les coutures. Il avait quelque chose de familier dans le regard qui dérangeait le coréen sans qu'il n'arrive à savoir ce que c'était. Il le regarda faire avec une certaine nervosité, avant que le petit garçon ne hausse des épaules en reprenant sa position initiale.

G - Je trouve pas moi. T'as pas de poils, de grandes dents ou de queue.
K - J'ai tué mon père...
G - Moi j'ai perdu le mien.

Il avait répondu sur le même ton que tout le reste, comme si cela faisait parti du décors, que c'était un élément comme un autre, mais le coréen ressenti une pointe de malaise dans son cœur.

K - Tu as perdu ton père ? Comment ça ?

Le petit homme haussa des épaules, indifférent au vent qui faisait voler ses cheveux et à tout le reste.

G - Je l'ai perdu.

Le coréen était déconcerté. Sourcils froncé, il essayait de comprendre ce que l'enfant voulait dire mais c'était en vain. Il allait lui poser la question quand une autre voix, tout à fait reconnaissable cette fois l’appela dans le vent.

Y - Sora !

L'enfant se retourna. Le coréen eut beau suivre son regard, il ne vit pas Yennefer. L'angoisse enfla en lui, fouillant le paysage du regard.

G - Je dois y aller, ma maman m'attends.
K - Non attends ! Reste enc...
G - Je dois y aller.

Il servit au coréen comme un sourire désolé et se détourna, courant le long d'un chemin avant de disparaître derrière un gros rocher. Le coréen, le cœur battant, le souffle chaotique, s’apprêtait à le suivre quand une violente rafale de vent le déséquilibra. Il trébucha sur un rocher et se retrouva précipité du haut de la falaise...

Le cavalier se réveilla en sursaut et se redressa d'un coup dans son lit, le souffle haletant comme s'il venait de faire un marathon et le cœur battant à tout rompre. Tout son corps était tremblant et une fine couche de sueur le recouvrait. Il mit un certain temps avant de se rendre compte qu'il était dans sa chambre et non en train de chuter d'une falaise. Il fouilla la pièce du regard alors qu'une nausée l'envahissait. Son regard tomba sur Yen, endormie à côté de lui et il se calma un peu. Malgré tout, il conservait une nette impression de malaise. Le rêve qu'il venait de faire, ou plutôt le cauchemar, était encore limpide dans son esprit et il y avait fort à parier que se serait le genre de rêve qu'il n'oublierait pas. Il était chamboulé par ce cauchemar... Était-ce une projection de son esprit ? Une mise en garde de son inconscient face à la situation néfaste qui perdurait et qu'il entretenait ? « Moi j'ai perdu le mien. »... Cela signifiait-il qu'il disparaîtrait vraiment de leurs vies ? Qu'il n'était déjà plus un père pour Sora ? De nouveau, le malaise s'empara de lui, le rendant nauséeux. Qu'avait-il fait ? Ou plutôt, qu'était-il en train de faire ? « Je voulais te faire une sorte de discours... Te prier de faire attention aux autres comme à toi-même mais... Je sais maintenant que c'est parfaitement inutile. Tout cela, tu le fais déjà... » Les dernières paroles de Nobu s'imposèrent à lui, comme revenant d'un long pèlerinage et oublié depuis longtemps. La nausée s'accentua. Il n'avait rien fait de tout cela... Il ne prenait ni soin de lui-même ni des autres.

Tremblant, il se leva aussi délicatement que possible et se dirigea vers la cuisine, d'un pas un peu chancelant. Il attrapa une petite bouteille d'eau dans le frigo et la vida à longs traits, essayant de se calmer par la même occasion. A pas de loup, il alla jusqu'au salon et se posta devant les grandes baies vitrées, observant la lente danse des arbres de Central Park. Il prit enfin conscience du chemin qu'il avait prit et du mal qu'il avait semé derrière lui ces derniers temps. Cette vision d'un Sora plus vieux au regard si indifférent envers son père -lui-même!- lui faisait froid dans le dos. Surtout parce qu'elle lui rappelait quelque chose... Quelqu'un : lui-même, avec quelques années de plus que le Sora de son rêve. Et il ne voulait pas que son fils prenne le même chemin que lui... Ait une vie aussi déséquilibré que la sienne, chaotique. Et s'il continuait à se comporter de cette façon, c'est ce qui arriverait. Il fallait qu'il se reprenne... Qu'il retrouve le cours de sa vie... Le bruit d'un klaxon en contre bas le fit sortir de ses pensées. Il jeta un bref regard vers le bas sans voir la voiture à l'origine du bruit et retourna lentement dans la cuisine pour jeter sa bouteille vide. En regardant l'heure, il se rendit compte que le réveil sonnerait dans quelques minutes. Il enleva le t-shirt qui lui servait de haut de pyjama et, pour la première fois depuis très longtemps, s'attela à la préparation d'un vrai petit déjeuner...

***

Yennefer papillonna légèrement les paupières, avant de glisser doucement sa main vers le côté opposé de lit. Soudainement, face à l'absence de la présence de son époux, elle se redressa brutalement dans la panique avant de bondir en direction du salon. La peur s'était illuminée dans son regard, craignant le pire qu'elle redoutait malgré qu'elle cherchait à ignorer ce sournois murmure. Elle déboula comme une furie en direction de la cuisine où elle avait entendu du bruit, ce n'est qu'en croisant la silhouette de son époux qu'elle sentit la bonne odeur qui s'échappait de la pièce. Elle resta figée, surprise. Le coréen leva les yeux vers Yen, un peu surprit. Tout concentré qu'il était à sa tâche il n'avait pas fait particulièrement attention à ce qui se passait autour de lui. Il lui servit un sourire léger, comme si les muscles de ses joues en avait perdu l'habitude avant de baisser les yeux sur sa poêle, dans laquelle il faisait cuire du bacon, de façon à ce qu'il soit bien croustillant.

K - Bonjour... Tu as bien dormi ?

Elle mit plusieurs minutes avant de réagir, approchant doucement pour y voir le contenu de la poêle avant de braquer son regard sur lui. Que se passait-il ? Elle ne savait pas ce qu'elle devait comprendre... Venait-il de sourire ?

Y - Oui... et toi ? marmonna-t-elle.

Son regard était toujours aussi surpris, et elle ne tarda pas à rajouter de manière un peu brutale et maladroite.

Y - Il s'est passé quoi... Tu cuisines... Tu es malade ? Tu as mis du poison dedans ?

Sans se déconcentré il fronça les sourcils, lui jetant un bref regard, mais restant très attentif à ses tranches de bacon.

K - Non... Ce n'est pas empoisonné...

Pourquoi se posait-elle autant de question ? Certes, son comportement changeait du tout au tout, mais est est-ce si étonnant avec lui ? Peut-être... Surtout après l'enfer qu'il venait de lui faire vivre pendant quelques semaines.

K - J'ai... Ouvert les yeux...

Il haussa des épaules, indécis sur la formulation. Il ne savait pas si c'était réellement juste, ou satisfaisant pour la jeune femme. Mais il ne savait pas trop quoi répondre de plus. Ses tranches de bacon parfaites selon lui, il les déposa dans une assiette et releva les yeux sur Yen, demandant en toute innocence :

K - Tu veux des œufs brouillés ou au plat ?

Elle cligna plusieurs fois des yeux, avait-elle bien entendu ? Avait-elle le droit d'espérée que cela puisse être réel ? Une boule d'émotion lui noua le ventre, autant que ses larmes qui envahit son regard. Elle était paralysée, ne pouvant même pas répondre à sa question. Ses traits se décomposèrent sous la réaction de la jeune femme. Avec une certaine lassitude, il soupira avant de froncer des sourcils, s'agaçant légèrement.

K - Yen s'il te plaît... Brouillés ou au plat ?

Elle eut un mouvement de recul avant de réagir avec vivacité, comme si ses mots et son comportement fut un déclic à sa surprise.

Y - S'il te plaît... Attends, tu te moques de moi là ! Bordel, tu crois que tu es en droit d'être agacé de ma réaction ? De soupirer ? C'est qui qui a du subir ton comportement pendant des semaines ? Et tu penses que d'un claquement, je dois encaisser ton soudain changement ? Que tu peux revenir comme ça, tout effacer ! Tu es gonflé Amour là !

Le coréen la regarda, stupéfait au début avant de finalement lui concédé qu'elle n'avait pas tord. Il hocha doucement de la tête avant de répondre doucement, d'un ton posé.

K - Je sais... Excuses moi... Mais... Tu veux tes œufs brouillés ou au plat ?

Il avait posé sa question avec timidité, et une pointe d'appréhension, ne sachant pas vraiment s'il n'allait pas se prendre une baffe pour son insistance... Elle plongea son regard dans le sien, avant de soupirer doucement en sentant sa colère rapidement redescendre.

Y - Des œufs brouillés.
K - D'accord !

Il sourit un peu plus joyeusement et se concentra sur ses œufs. Il en cassa plusieurs dans un bol et les assaisonna avant d'y ajouter un peu de lait et de battre le tout avec entrain avant de les verser dans sa poêle chaude, surveillant la cuisson. Elle alla récupérer un mouchoir pour chasser ses larmes avant d'installer les assiettes pour le petit-déjeuner. Elle ne put empêcher son regard glissait régulièrement sur son époux. Elle en avait rêvé de cet instant, mais jamais elle n'avait pu l'imaginer. Et certainement pas de cette manière-là. Elle avait besoin de savoir, d'être réellement sûre.

Y - Il s'est passé quoi...

Dans sa tête, dans ses pensées... L'avait-elle réellement retrouvé ? Il lui jeta un bref regard avant de soupirer et prit le temps de débarrasser ses œufs dans une assiette et d'éteindre le feu avant de lui répondre, en même temps qu'il rangeait la cuisine.

K - J'ai juste... Je me suis juste rendu compte de quelque chose. J'ai fait un cauchemar juste avant de me lever... Il y avait Sora dedans mais il était plus vieux et... Bref... J'ai ouvert les yeux. Je ne veux pas qu'il suive le même chemin que moi... Qu'il se retrouve sans un de ses parents... Et j'ai pris conscience que c'était ce qui était en train de se passer et que si je ne faisait rien il suivrait le même chemin que moi... Ce qui est faut et illogique quand on y réfléchit un peu, parce qu'il t'as toi. Mais je ne sais pas... Je me suis souvenu aussi des dernières paroles de Nobu, que j'avais oublié, et je me suis rendu compte que je ne les respectait pas... C'est faire outrage à sa mémoire... Et aussi à tout ce que je t'ai fait vivre jusque là... C'est... C'était pas correct. Et je ferais tout pour me rattraper, si c'est encore possible... Si je n'ai pas... Tout cassé...

Son ton avait été le même que son psychologue quand il se prenait à analyser un fait ou une action. Il avait mûrement réfléchi son introspection en cuisinant et ce qu'il avait énoncé à Yen était le résultat de cette courte introspection. Mais à la fin de sons laïus, sa dernière phrase avait été plus hésitante et il avait même croisé son regard, cherchant à savoir s'il avait merdé au point qu'elle demande le divorce ou s'il pouvait encore se rattraper...Les mains posées sur le plan de travail, il attendait avec une certaine appréhension sa réponse, ne sachant pas quoi ajouter d'autre...

Elle l'avait écouté attentivement, sentant l'émotion de plus en plus l'envahir à ses mots. Plus de doute possible, il y semblait avoir réfléchir sérieusement à ses paroles, retrouvant l'esprit de son époux. A la fin de son discours, elle s'empressa de venir se blottir contre lui avec tendresse. La tête dans son cou, elle ferma les yeux en respirant son odeur.

Y - J'ai eu si peur de te perdre une nouvelle fois... Je t'aime...

Elle se redressa enroulant son visage de ses mains tout en plongeant son regard dans le sien.

Y - Je pense que tu n'auras aucun mal à te rattraper, marmonna-t-elle.

Elle déposa ses lèvres sur les siennes, l'embrassant avec douceur en glissant une main dans ses cheveux. Il referma maladroitement les bras sur elle, plongeant le nez au contact de ses cheveux en fermant les yeux. Un léger frisson parcouru son corps sans qu'il ne le réprime. Il conservait des gestes un peu maladroit et gardait le silence. Mais il répondit à son baiser, pour la première fois depuis presque deux moins, le moment où elle l'avait laisser au Japon après les funérailles de Nobu... Avec douceur, il mit cependant fin à l'étreinte, reculant d'un pas vacillant, gardant un appui sur le plan de travail et passant une main sur sa nuque.

K - Est-ce que tu veux...

Il eut un temps d'hésitation et un léger sourire, baissant les yeux un instant, tout en sachant quel souvenir allait faire ressurgir sa question. Il retrouva cependant son sérieux avant de relever les yeux sur elle en baissant la main qu'il avait derrière la tête.

K - Tu veux un thé ou un café ?

Son regard s'illumina d'une lueur qui avait disparu ses derniers temps. Et cette phrase provoquait chez elle une vive émotion. Qu'il avait été difficile pour elle de ne plus susciter de désir chez son homme, de ne pas avoir de réponse à ses baisers et caresses. Et elle ne put s'empêcher de se coller à lui afin de réclamer un nouveau baiser fougueux. Le coréen répondit à ce nouveau baiser, bien qu'il était un poil hésitant, comme s'il avait perdu l'habitude. Il mit fin à ce baiser une nouvelle fois, un peu prématurément et recula d'un pas timide, se demandant encore combien de pas il pourrait faire avant de se retrouver bloquer par les meubles de la cuisine...

K - Doucement Yen... S'il te plaît...

Il prit une inspiration chaotique, cherchant dans son regard un certain réconfort. Il n'était pas encore prêt pour tout. Une petite voix dans sa tête, perfide, continuait de lui murmurer qu'il était un monstre et il mettrait du temps à la faire taire. Il passa les mains sur les bras de la jeune femme, comme pour la rassurer à son tour et lança la machine à café avant de mettre des toasts à grillé.

Y - Pardon, dit-elle avec un léger sourire.

Elle n'était pas vexée par son refus, il n'y avait pas cette froideur qui était devenu habituelle depuis deux mois. Et elle comprenait qu'elle s'était enflammée un peu trop rapidement. Elle lui laisserait le temps.

K - Il faut aller réveiller Sora pour le petit dej'...

Il fallait qu'ils gardent le rythme malgré tout de toute façon... Il lui lança un regard interrogateur avant de poursuivre la préparation de son petit déjeuner, surveillant les toasts avec une attention peut-être un peu trop accrue... Elle hocha la tête avant de se diriger vers la chambre où ils avaient installés leur fils pendant ce séjour à New-york. Sora était déjà réveillé, il jouait tranquillement avec son doudou dans le silence. Ils avaient de la chance d'avoir un enfant aussi sage que lui, bien qu'il ne manquait pas de caractère.

Y - Bonjour mon poussin...

Sa voix était vibrante de joie, bien qu'elle avait toujours tenté de rester la même avec son fils, il y avait des jours où ses tourments étaient trop présent. Mais aujourd'hui, elle avait l'impression de pouvoir respirer. Sora ne tarda pas à sourire dans ses bras, gigotant un peu avec vivacité. Elle prit le temps de le changer, avant de se diriger avec lui vers la cuisine. Elle s'arrêta à l'entrée de la cuisine en posant son regard vers son époux, voulait-il prendre son fils dans ses bras ? Ou c'était encore trop tôt pour lui... Sora s'était mis à tendre ses bras vers son père, comme à chaque fois qu'il le voyait. Le coréen releva les yeux de ses toasts sur sa femme et son fils et eut un instant d'hésitation. Il finit par sortir les deux toasts qui venaient de finir de grillé, se frottant les mains pour en enlever les miettes et tendit les bras pour attraper Sora, le prenant contre lui. Le petit garçon se tortillait dans ses bras et le coréen fit les gros yeux, lui murmurant de rester sage en japonais. Ce qu'il fit de bonne grâce, posant la tête sur l'épaule nue de son père qui, de son autre main, rempli deux tasses de café. Il jeta un bref regard à Yen.

K - Tu veux bien commencer à tout ramené sur la table ? J'ai fait un bout déjà mais il reste les toasts, le jus si tu en veux et la confiture...

Elle lui répondit d'un immense sourire, avant de se mettre à récupérer les différents plats pour le petit-déjeuner. Elle prit le temps d'apporter la confiture et d'autres bricoles qui lui faisait envie ce matin. Soudainement, elle retrouvait son appétit d'autan. Il s'occupait tant bien que mal des cafés, attrapant les deux anses des tasses d'une main pour se diriger à pas hésitant vers la salle à manger où la table de petit déjeuner était dressée... Elle s'était installée à sa place, une fois la table totalement garnie. Son regard ne tarda pas à se poser sur les deux hommes de sa vie avec émotion. Que ce tableau lui avait manqué... Le coréen s'installa doucement à sa place, mettant Sora sur ses genoux, le temps de poser les tasses de café et les éloigner de lui pour mettre son fils sur la chaise haute qui avait prit place en bout de table. Avec un soupir, il se remit sur sa chaise et commença à tartiner un toast pas trop chaud qu'il tendit ensuite à son fils qui s'en donna à cœur joie. Il poursuivit son tartinage de toasts au beurre, les déposant au fur et à mesure sur la table entre Yen et lui. Il gardait cependant le silence, concentré sur sa tâche, fixant son couteau à beurre et ses tartines.

Y - Qu'as-tu envie de faire aujourd'hui ?

Elle attrapa l'un des toasts qu'elle trempa dans sa tasse avant de le croquer avec appétit. Son regard était posé sur son époux, brillant de bonheur. Elle avait fait en sorte que chacun jour le planning soit assez chargé, obligeant le coréen à la suivre à travers la ville. Le tenir occupé, loin de ses pensées... Bien que la tâche n'avait pas toujours été facile, qu'elle fut rempli de doute aussi. Mais maintenant, cela allait changer ? Sans lever les yeux de ses tartines, le coréen haussa des épaules. Il n'avait pas d'envie particulière. Pas encore en tout cas. Ils avaient déjà arpenté la ville de long en large qu'il connaissait par cœur. Il leva brièvement les yeux sur Yen pour lui retourner la question.

K - Je ne sais pas... Tu as une envie particulière toi ?

Il ne l'aidait pas, c'était un fait et il s'en rendait compte. Mais il n'avait vraiment pas d'envie particulière et le temps extérieur, maussade, ne l'encourageait pas en ce sens... Elle tourna la tête vers la baie vitrée en se pinçant les lèvres, avant de reposer son attention sur lui.

Y - Je pense qu'on va rester tranquillement à la maison pour une fois.

Le coréen hocha de la tête sans rien répondre, attrapant la dernière tranche de pain grillé pour la couvrir de beurre. Elle se pencha afin de glisser une main dans les cheveux de son fils avec tendresse, rajoutant dans un murmure.

Y - On jouera un peu de piano hein ma crapule.

Son regard s'était souvent attardé sur le piano que sa mère avait fait transporté, affirmant qu'il prenait trop de place chez elle. Ce n'était pas le même genre de piano que le coréen lui avait acheté, mais il restait agréable à jouer quand même. Il esquissa un sourire face aux gestes et aux paroles de Yen et déposa son dernier toast dans un léger soupir avant d'attraper les œufs brouillés dont il préleva un part pour garnir son assiette, faisant de même avec le bacon. Il entama tranquillement son assiette, jetant de temps à autre un regard à Sora pour voir où il en était et s'il lui fallait un autre morceau de pain. Il fini par se lever pour retourner jusqu'à la cuisine et préparer un petit biberon de lait qu'il ramena à son fils, qui sourit de plus belle en attrapant le contenant et collant la tétine dans sa bouche avec gourmandise. Avec un léger soupir, le coréen reprit sa place et bu une gorgée de café, poursuivant son petit déjeuner en silence, plus ou moins perdu dans ses pensées, ressassant avec une pointe de malaise le cauchemar de la nuit...

Ils poursuivirent le petit déjeuner en silence, seulement animé par les gazouillis de Sora. Une fois le petit déjeuner terminé, le jeune homme débarrassa en douceur, consciencieusement, avant de se tourner vers Yen, légèrement las.

K - Je vais prendre une douche, je te laisse Sora...
Y - Bonne douche.

Il prit doucement le chemin de l'étage, ayant une faible hésitation en passant devant Yen. Il vacilla, stoppant son pas en plein élan pour déposer un léger baiser sur les lèvres de la jeune femme, chastement. Elle l'avait suivi du regard, l'émotion de ce simple baiser brillait dans ses pupilles. Une douce attention dont elle en avait plus reçue. Il grimpa ensuite rapidement l'escalier qui menait au premier et s'engouffra dans la salle de bain, refermant la porte derrière lui. Une bonne vingtaine de minutes plus tard il ressortit fraîchement habillé et douché, le visage visiblement moins fatigué. Il adressa un sourire à Yen et s'approcha doucement de Sora pour s'installer au sol à côté de lui le laissant venir sans chercher à le pousser à quoi que se soit.

K - A quoi vous jouez ?
Y - On s'amuse à mordiller tout ce qu'il se passe à porter de main !
K - Ah... répondit-il comme si c'était une entreprise périlleuse.

Un sourire s'était gravé sur ses lèvres en jetant un regard vers le tapis de jeu où se trouvait différents cubes aux formes variées. Il y avait des faces illustrées d'animaux, de couleur, de chiffres. Et la polonaise avait vaguement tenté de construire une maison avec, mais son fils s'était rapidement amusés à tout détruire pour les mettre à la bouche.

Y - D'autres dents doivent pousser, ou alors il retrouve son appétit d'ogre.

Sora ne tarda pas à tendre différents cubes légèrement baveux à son père, agrandissant le sourire de Yennefer. Il fronça légèrement les sourcils à sa phrase mais ne fit aucun commentaire, se contentant de réceptionner les cubes tendu par son fils avant de les lui rendre sagement quelques secondes plus tard. Son regard partait de temps à autre dans le vague, se perdant dans ses pensées, mais il se reconnectait avec eux plus facilement et plus souvent. Il observait un peu passivement, un léger fourmillement parcourant son corps de temps en temps, comme s'il redécouvrait son entourage. Il se sentait de plus en plus coupable de ces derniers temps et une boule de malaise grimpait de plus en plus en lui, lui serrant l'estomac et le rendant silencieux. Il ne savait pas quoi dire, ni quoi faire face à cette reconnexion avec la réalité... Il serra brièvement les dents, se raisonnant un peu pour garder son calme, se rassurant comme il le pouvait en son fort intérieur...

Y - On montre à Papa comment on construit une maison ?

Elle avait remarqué le silence de son époux, mais elle n'arrivait pas à lire les émotions sur son visage, qui était cependant plus présent qu'avant où tout était de marbre chez lui. Elle entreprit de se lancer dans la construction avec les cubes, sous les rires de leur fils quand il fit tomber quelques cubes en voulant aider sa mère.

Y - Bon... Je ne pense pas que tu deviendras architecte mon fils, dit-elle en souriant.

Son regard se posa sur son époux, avant de se pencher pour l'embrasser chastement au coin des lèvres. Elle lui murmura doucement.

Y - Ça va ?

Il eut un bref hochement de tête, un peu hésitant sans pour autant répondre de vive voix. Il observait Sora mais bientôt, il replia ses jambes et posa le menton sur ses genoux, enfermant ses bras autour de ses jambes. Le malaise grandissait en lui et il s'efforçait de le contenir. Il ne s'était pas attendu à une telle réaction et surtout un tel retour de bâton... Il prit une grande inspiration chaotique avant de demander, d'une voix légèrement éraillée.

K - Vous ne voudriez pas aller jouer un morceau ? Sora sera peut-être plus doué en piano qu'en construction...

Il fixa son regard dans le sien un instant avant qu'il ne parte doucement dans le vague, s'enfermant dans une bulle pour contenir le flot d'émotion qui revenait doucement à lui... Elle délaissa les cubes avant d'attraper Sora avec douceur, loin de se douter des tourments de son père. Yennefer tenta de se rassurer, sachant que la transition risquerait d'être longue et que les périodes de rechute ne sont pas à exclure. Elle s'installa devant le piano, son fils assis sur ses cuisses qui semblait observer les touches avec attention. Elle ne tarda pas à commencer à jouer les premières notes d'une mélodie douce, sous les quelques notes improvisés de leur fils qui tapotait de temps en temps joyeusement. Le coréen mit quelques secondes avant de se rendre compte que la mélodie avait commencé. Doucement, il se déplia et se leva, se postant devant les grandes baies vitrées pour regarder Central Park sous la fine pluie New Yorkaise, plonger dans ses pensées. Au bout d'un moment, il ferma les yeux, se concentrant uniquement sur la mélodie pour s'aider à se vider la tête et cela fonctionna plutôt bien. Il réussi à se calmer plus facilement et remettre ses idées en ordres, soufflant doucement pour évacuer les tensions...

Elle venait de terminer son premier morceau, jetant un bref regard en direction de son époux avant d'amorcer une nouvelle mélodie. Sora s'était calé contre elle, soudainement beaucoup moins agité, il semblait beaucoup apprécier la musique. De temps en temps, quelques murmures s'échappaient de ses lèvres, chantonnant un air polonais. Les sonorités étaient joyeuses, assez entraînantes. Bien qu'au fond, elle commençait à s'inquiéter du silence du coréen, replongeait-il dans ses tourments ? Les pensées du coréen se calmaient. Au fond de lui, il entrevoyait une lueur d'espoir, ou plutôt, une petite voix, signe de sa force mentale renaissante. Elle lui répétait sans cesse, comme une litanie, qu'il devait se battre contre lui-même pour que Sora ne suive pas sa route. Il fallait qu'il soit présent pour son fils, et pour sa femme. Il se concentrait toujours sur la musique. C'est proche du second morceau qu'il eut une réaction assez vive, rouvrant les yeux d'un coup pour faire demi tour et se diriger vers son bureau. Certes l'appartement était à Yen, mais ils n'y avaient pas remit les pieds depuis qu'il le lui avait offert et il avait passé presque un an dans cet appartement à un moment de sa vie. Le bureau était donc rempli de documents qu'il n'avait pas jugé utile de ramené au Haras. Il fouilla un moment dans les tiroirs avant d'en sortir un livret de quelques feuilles de papier à musique. Les notes étaient conventionnelles mais les indications et les paroles de la chanson étaient en japonais occidentalisé. Il retourna dans le salon et attendit que Yen termine pour lui proposer les feuillets, timidement.

K - Tu saurais jouer ça ?

Elle attrapa les feuillets avec curiosité, lisant rapidement les quelques notes de la première page. Il y avait des notations en japonais, mais cela n'empêchait pas sa compréhension des notes du morceau.

Y - Je devrais y arriver.

Elle déposa un baiser sur la joue de Sora, qui se calma contre elle. Puis après un dernier regard dans ceux de son époux, elle se mit à jouer les premières notes de cette mélodie inconnue. Le coréen avait acquiescé et attendu qu'elle se fasse un peu la main sur le morceau, meumeumant légèrement pour s'échauffer la voix. Son regard cependant se perdit dans le vague et il se laissa peu à peu emporter par les notes, chantonnant d'une voix assez basse le chant, en japonais. Contrairement à l'âpreté et la sévérité habituelle de la langue, de ses sonorité, les paroles de cette chanson étaient assez douces et sa voix rauque accompagnait les notes en ajoutant une certaine continuité à la mélodie. Il restait tout concentré sur les paroles, le regard vague, sans chercher à croisé celui de Yen ou de son fils, qui avait levé les yeux sur lui, obnubilé par cette facette de son père qu'il n'avait jamais vu... Quand elle entendit la voix de son époux, elle manqua de justesse une fausse note sous l'émotion. Elle n'avait encore jamais eu la chance de l'entendre chanter, et elle commençait à comprendre les paroles de Misako vis à vis de cet atout chez lui. Elle se laissa transporter par la musique, par la sonorité de ses paroles. Elle devait avoir le regard aussi brillant que Sora... Et quand les dernières notes de la chanson arrivèrent, elle ne put s'empêcher de murmurer avec émotion.

Y - C'était magnifique...

Le coréen posa les yeux sur elle, s'étant à peine rendu compte de la fin de la chanson tellement il était concentré, même si c'était lui le chanteur. Il esquissa un bref sourire et haussa des épaules en baissant les yeux sur le piano et passant un doigt discret sur les touches.

K - Ce n'était pas grand chose... Mais, merci de m'avoir accompagné au piano... Tu joue très bien...
Y - Je comprends mieux pourquoi Misako voulait te faire chanter... Et j'ai eu une bonne professeure de musique !

Il baissa encore les yeux et croisa le regard de Sora, qui le fixait toujours avec une intensité admirative, blotti dans les bras de sa mère, comme transcendé. Le coréen en fut troublé et releva les yeux sur Yen, ne sachant pas appréhender ce fourmillement qui lui faisait bondir le cœur face à ce regard intense. Il prit une inspiration chaotique avant de poursuivre, un poil hésitant.

K - Peut-être qu'on en fera un musicien, il a l'air d'apprécier t'entendre jouer...
Y - Je pense qu'il a aussi apprécier t'entendre chanter.

Elle glissa une main dans les cheveux de son fils, les caressant avec une incroyable tendresse avant d'y déposer des baisers.

Y - Musicien ou cavalier... Ou peut-être autre chose hein !

Elle s'émerveillait de voir l'expression qui s'était dessiné sur le visage de Sora, elle avait l'impression d'avoir aussi retrouver la joie de vivre de son enfant. Elle leva le regard vers son époux, plongeant dans le sien.

Y - Je t'aime.

Le coréen resta un moment interdit, le regard plongé dans celui de Yen, à ses dernières paroles. Il avait suivit le reste de l'échange avec un léger sourire sur les lèvres, mais ce dernier avait disparu quand elle avait relevé les yeux sur lui. Il retenait sa respiration et il lui fallu quelques secondes avant de répondre d'un murmure.

K - Moi aussi...

Il inspira doucement retenant encore son souffle et baissant les yeux sur ses pieds avant de faire demi-tour et de marmonner doucement.

K - Je vais commencer à faire le déjeuner.

Il se dirigea vers la cuisine et regarda ce qu'il avait dans le frigo pour avoir une idée de ce qu'il allait faire... Elle l'avait suivi du regard, un sourire au bord des lèvres. Malgré l'ambiance assez particulière de l'instant, elle était heureuse. Elle se rendit compte de plus en plus que le chemin jusqu'à retrouver leur relation d'autan risquerait d'être long, qu'elle allait devoir être patience. Elle posa son attention sur Sora, déposant des baisers tendre dans son cou qui déclencha son fou rire. Elle ne tarda pas de rire à son tour en continuant de s'amuser avec son fils. Ils s'étaient installés de nouveau sur le tapis, puis après quelques minutes elle décida de rejoindre son époux. Sora était parfaitement occupé avec ses nombreux jouets, particulièrement ceux qui produisait des sons.

Y - Tu as trouvé le menu ?

Elle lui lança un regard amusée, en s'approchant de lui avec curiosité. Il sursauta, levant les yeux de sa préparation et posant sur elle un regard apeuré avant qu'il ne se radoucisse. Il hocha brièvement de la tête pour confirmé mais sans pour autant préciser.

Y - Je peux t'aider à quelque chose ?
K - Non je... Si tu veux...

Il soupira doucement avant de tendre à la jeune femme un gros bol dans lequel il avait fait une pâte.

K - Il faut faire des boulettes de la taille d'une grosse noix.

Il lui servit ce qui était un sourire dans sa tête mais se traduisit par un léger pincement de lèvres avant de se concentrer sur sa partie, une farce de viande...  Elle hocha la tête en jetant un regard vers la pâte qui se trouvait dans le bol. Puis, elle se mit à la préparation des boulettes avec une grande attention. Son regard se perdait de temps en temps sur lui, sentant de nombreuses questions et un besoin de briser ce silence. Et elle ne tarda pas à craquer.

Y - Si jamais je suis trop envahissante, que tu as besoin d'être seul. Tu n'hésites pas à me le dire... J'avoue que j'ai du mal à contenir mes émotions depuis ce matin-là... Et je sais que tu as besoin de temps.

Le coréen lui jeta un bref coup d’œil, un peu hésitant. Il haussa maladroitement des épaules et, les yeux baissé sur sa farce dont il faisait désormais aussi des boulettes comme celles de Yen, il répondit.

K - Non ça va c'est juste que... J'ai un peu de mal à savoir où j'en suis là...

C'était festival d'émotions et de pensées dans sa tête et il avait un peu de mal à faire le tri. A faire taire les petites voix nocives pour laisser les autres gagner en liberté et en force...

Y - Est-ce que tu en as besoin d'en parler ? Peut-être pas avec moi...

Elle eut une pensée pour le psychologue, mais aussi pour Misako ou Calum. Elle ne pouvait même pas s'imaginer ce qu'il était entrain de vivre. Quels genre de questions envahissaient ses pensées ? Elle était déjà submergée d'émotions, mais que cela pouvait être pour lui ? Avait-il l'impression de se réveiller d'un mauvais cauchemar ? Les doutes étaient-ils toujours présent ? Il posa sa boulette dans l'assiette avec les autres avant d'avoir un léger soupir et poser brièvement les mains de chaque côté de son bol de farce, légèrement tremblant. Il fini par se remettre au travail d'une main moins assurée et prit doucement la parole, les yeux fixé sur ses mains, la voix légèrement tremblante d'une émotion qu'il avait du mal à contenir.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 719
Date d'inscription : 21/09/2012
Dim 6 Aoû - 14:36
K - Dans mon cauchemar, j'étais en haut d'une falaise... Il y avait un temps orageux au dessus de ma tête, beaucoup de vent. J'étais sur le point de sauté quand j'ai été interpellé par Sora... Une version plus vieille de Sora. Je ne l'ai pas reconnu sur le coup... Il m'a posé des questions et j'ai répondu tant bien que mal, jusqu'à ce qu'il me demande pourquoi je faisais ça... Quand je lui ai dit que c'était parce que j'avais tué mon père, il m'a simplement rétorqué qu'il avait perdu le sien, comme on perd un simple objet... Je n'ai pas pu lui en demander plus, tu l'as appeler dans le vent et il est parti. C'est à ce moment là que je me suis rendu compte que c'était Sora... J'ai voulu le rattraper mais un bourrasque de vent m'a fait chuter de la falaise... Je me suis réveillé à cause de cette sensation de chute.

Il fit une légère pause, reprenant son souffle, se rendant compte qu'il avait un peu trop tendance à le retenir sans s'en rendre compte, avant de poursuivre.

K - Je me suis rendu compte de tout le mal que je vous faisait... Que je ne voulais pas que Sora ait une vie similaire à la mienne... Que vous ne méritiez pas ça et... Que c'était entièrement ma faute... Qu'il fallait que je me reprenne.

A nouveau il fit une pause, cherchant un instant ses mots sans vraiment les trouver. Il cessa de faire ses boulettes et reposa des mains tremblantes sur le plan de travail, de chaque côté de son bol.

K - Je... J'ai l'impression d'émerger d'une sorte de long coma et de constater qu'un monstre avait prit ma place... Je regarde les dégâts qu'il a fait et je ne sais pas comment les réparé. Je suis un peu perdu... Je ne sais pas comment il convient de réagir, ce que je dois faire, ce que je dois dire... Après tout ce que j'ai fait j'ai peur que... Que se soit déplacé ou mal ou... Je ne sais pas... Je ne veux pas vous faire plus de mal que... tout ce que j'ai déjà fait. Et en même temps, une part de moi m'accuse toujours d'être un monstre... J'ai un peu de mal à gérer le retour de mes émotions...

Les agréables frissons lui remontant l'échine, les bonds dans la poitrine, les fourmillements... Autant de manifestation physique que d'émotions associées...

K - Jusque là je m'étais enfermé dans une bulle de noirceur en occultant toute émotion et j'ai un peu de mal à faire face à l'éclatement de la bulle... Qui a éclaté sans que je ne sache vraiment comment d'ailleurs...

Il soupira lourdement avant de reprendre d'une main hésitante la confection de ces dernières boulettes, se plongeant dans un flot de questionnement auquel il ne trouvait pas de réponse... Mais en attendant, maintenant que Yen savait ce qui se passait dans sa tête, elle pourrait mieux cerner ses réactions et le fond de sa pensée... Elle s'était appuyé contre le plan de travail, après avoir terminer les boulettes de pâte. Son attention s'était posé sur son époux, ne pouvant pas le lâcher du regard. Au fur et à mesure de ses paroles, de ses explications, elle comprit ce qui envahissait les pensées du coréen. Étrangement, elle se sentit plus légère, malgré les tourments qui restaient encore à éclaircir.

Y - Je suis heureuse que cette bulle de noirceur a éclaté, et cela même si tu ne sais pas vraiment comment...

Elle ne voulait pas imaginer ce que leur vie aurait pu être si cette bulle n'avait jamais éclaté. Aurait-elle pu rester longtemps à ce rythme-là ? Elle devait être honnête envers elle-même, ses derniers jours ont été éprouvant pour son moral, malgré tout l'amour qu'elle lui portait.

Y - Ce que je peux te dire, c'est qu'à mes yeux jamais tu seras un monstre. On a tous des moments de faiblesses, où on sombre totalement. Je ne te tiendrais jamais rigueur de ton acte, c'était un appel au secours... Ni les semaines où j'ai découvert une facette désagréable de mon époux.

Elle s'approcha de lui, l'obligeant de délaisser sa tâche pour plonger son regard dans le sien. Avec quelques difficultés, il délaissa sa farce pour plonger un regard hésitant dans le sien. Bien qu'il l'écoutait déjà, elle avait toute son attenion désormais.

Y - Et Sora non plus, il veut juste retrouver son père. Tu ne feras rien de déplacer ou de mal...  Laisse-toi du temps, écoute-toi... Reste-toi même, bien que j'ai conscience qu'en ce moment tout se mélange.

Elle l'embrassa chastement, le regard illuminait de tendresse et d'amour.

Y - Rien n'a été brisé, ce qu'on a vécu consolidera que d'avantage notre relation. Tu restes à mes yeux l'homme de ma vie, le dernier que je souhaites avoir à mes côtés.

La bulle d'émotion enfla dans sa poitrine et se coinça dans sa gorge. Il retint son souffle, une fois de plus et chercha son regard, passant d'un œil à l'autre avec les siens. Elle avait eu beau le lui répéter jusqu'ici, il n'avait pas été prêt à l'entendre et surtout, à commencer à le croire. Mais maintenant... Tout semblait différent. Ses mots prenaient un autre sens, et ses regards aussi. Dans un élan de reconnaissance et d'affection, il réduisit la distance entre eux et prit la jeune femme dans ses bras, la serrant contre lui avec force, se retenant d'éclater véritablement en sanglot. Quelques larmes silencieuses perlèrent sur ses joues, qu'il cacha dans les cheveux de la polonaise, se forçant à retrouver un souffle calme et régulier. Il lui fallut de longues minutes avant d'y parvenir... Temps durant lequel il serrait la demoiselle avec toujours autant d'ardeur. Malgré tout, il fini par desserrer son étreinte et se tourner vers la fenêtre, passant une main rapide sur ses yeux pour en chasser les dernières larmes. Il fut cependant incapable de parler, se contentant de lui adresser un regard empli de reconnaissance et de tendresse avant de se repencher sur sa préparation du déjeuner...

Poursuivre la lente préparation du déjeuner -des raviolis vapeur maison- lui prit un certain temps et ce fut le temps nécessaire pour qu'il retrouve un peu de calme et de sérénité. Il avait aplati les boulettes de pâtes pour en faire des disques et les avait, un à un, empli de farce avant de les refermé sur eux même comme de petits baluchons. Il avait ensuite préparé son cuiseur vapeur, puis le riz parfumé qui accompagnerait le plat, et les sauces. Il avait fait quelques baluchons plus petits et moins riches pour Sora et préféré lui faire une portion de purée de patate douce plutôt que lui donner du riz. Il avait certes quelques dents mais ce n'était pas encore assez pour lui donner la même chose qu'eux. Il lui fallu en tout cas tout le reste de la matinée pour finir son plat. Il mit tranquillement la table et une fois que tout fut prêt et sur la table de la salle à manger, il alla chercher Yen et Sora. Timidement, il se présenta devant eux, encore un peu hésitant, et fatigué. Le déferlement d'émotions qui l'envahissait depuis le matin l'épuisait autant moralement que physiquement. Les mains dans les poches, un peu éteint, il les regarda un instant avant d'intervenir.

Yennefer l'avait laissé terminer la préparation du déjeuner, sentant qu'il avait besoin de cet instant d'intimité. Et que l'émotion qui vibrait dans l'air était déjà assez chargée. Elle était allée rejoindre son fils, un sourire sur les lèvres. Ils étaient lancés dans un atelier peinture aux doigts, qui fut reposant et divertissant. Sora passait plus de temps à mélanger les peintures qu'à dessiner réellement vu son jeu âge, mais Yennefer souhaitait l'éveil dès son plus jeune âge. Et la sensation de la peinture, ainsi que les couleurs était ce qu'elle visait. Elle en profita après pour donner un bain à Sora, avant de le laisser jouer un peu seul et de se caler devant un livre.

K - Sora, Yen... Le déjeuner est prêt...

Il sourit, timidement, les attendant avec patience... Elle tourna la tête vers son époux, posant son livre sur la table basse, avant de se lever en souriant. Sora ne mit pas longtemps à trottiner en direction de son père de manière encore instable, mais avec énergie.

Y - Rien que l'odeur qu'on sent me donner faim. On ira faire une sieste après avoir le ventre bien plein !

Elle s'empressa d'aller dans la cuisine, pour voir le menu du midi, même si elle avait déjà une petite idée. Le coréen eut un léger sourire et se pencha pour attraper Sora au passage, le mettant sur ses deux pieds et lui tenant les mains pour poursuivre leur route en marchant. Le petit homme avait le pas encore un peu hésitant et moulinait bien souvent dans le vide mais il avançait avec le sourire.

K - Tout est déjà sur la table ! Il n'y a plus qu'à manger.
Y - Je vais me faire une joie de tout dévorer !

En trottinant, les deux hommes arrivèrent à la table et le coréen installa Sora à sa place, l'attachant sur sa chaise haute avant de vérifier la chaleur des bouchées qui lui étaient destinée. Il n'était pas question qu'il se brûle en les mangeant... Il déposa le tout dans une assiette en plastique, avec un peu de purée avant de donner le tout à Sora, ainsi qu'une cuillère. Nul doute qu'il y en aurait plus autour de lui que dans son estomac s'il mangeait seul mais qu'importe. Il fallait bien qu'il apprenne un jour ou l'autre. Plus vite il serait autonome et mieux se serait. Le coréen s'installa à son tour et attrapa ses baguettes avec un naturel déconcertant avant de commencé à remplir son assiette et leurs verres. Il jetait tout de même des regards un peu soucieux à Sora bien était pour l'instant plus concentré sur ses boulettes vapeur que le reste. Heureusement, il semblait apprécier la chose et mâchouillait une des boulettes par petit peu, avec ses incisives déjà bien sorties... Elle s'était installée à table, regardant d'un oeil brillant les raviolis vapeur. Elle s'empressa de se servir afin d'y croquer un bout tout aussi rapidement avec gourmandise.

Y - Je suis la plus heureuse des femmes d'avoir un mari qui cuisine divinement bien !

Le coréen sourit un peu timidement et picora distraitement dans son assiette, mâchant lentement. Elle posa son attention vers Sora, ne pouvant pas s'empêcher d'y tremper légèrement sa fourchette pour y goûter la purée qui accompagnait ses bouchées.

Y - Dit donc veinard, elle est bonne la purée que Papa t'a fait rien que pour toi, dit-elle avec malice.

Elle se tourna vers son époux, plongeant son regard dans le sien avant de lui dire sincèrement.

Y - Merci pour ce repas.
K - Avec plaisir...

Il sourit timidement encore une fois avant de s'éclaircir la gorge en reprenant doucement.

K - Il reste de la purée de patate douce si tu veux dans la cuisine...

Yennefer, aux paroles du coréen ne tarda pas à partir en direction de la cuisine. Il ne fallait pas lui dire deux fois qu'il restait de la purée. Et elle se servit une portion, un immense sourire aux lèvres. Il posa ses baguettes alors que son regard se tournait vers Sora, qui avait prit en main sa cuillère mais dans le mauvais sens, plongeant le manche dans la purée et ne comprenant pas bien pourquoi si peu arrivait jusqu'à sa bouche. D'une main douce, le coréen fit faire demi tour à la cuillère et le sourire revint tout de suite sur le visage du petit homme quand il découvrit son efficacité. Toute la purée n'arrivait pas jusqu'à sa bouche face à l'équilibre précaire de sa main, mais c'était déjà pas mal. Pour l'instant, même s'il était tenté de mettre les mains dedans, il ne le faisait pas. Le coréen attrapa de nouveau ses baguettes et piocha un nouveau ravioli qu'il trempa dans la sauce avant de l'engloutir avec lenteur. Il soupira, fermant un instant les yeux en savourant sa bouchée. Cela faisait une éternité qu'il n'avait pas manger de bouchées vapeurs ! Quand il rouvrit les yeux, il observa un moment Yen et Sora. Tout deux avaient l'air d'apprécier sa cuisine et c'était un peu comme s'il redécouvrait ses proches... Il baissa les yeux sur son assiette, soufflant entre ses dents :

K - Tant mieux si ça vous plaît...

Elle l'avait observé interagir avec leur fils, se retenant de rire en voyant Sora tenir sa culière à l'envers. Elle avait savouré cet instant, comme elle savourait les plats du déjeuner. Elle tourna la tête vers lui.

Y - Comment cela ne pourrait pas nous plaire !

Elle lui adressa un sourire, qui se voulait rassurant. Il haussa des épaules sans répondre, les yeux toujours sur son assiette. Elle avait regardé qu'il baissait très régulièrement les yeux, ainsi que ses sourires timides. Cette journée était riche en émotion, il allait falloir du temps. Le coréen mangea une dernière bouchée et joua un moment avec ses baguettes, signe qu'il ne mangerait plus rien. Il n'avait pas avalé grand chose mais il n'avait pas très faim. Il attendit sagement que Yen et Sora terminent, laissant le bébé partir finalement à la découverte des textures de la purée du bout de ses doigts. Heureusement, sa gourmandise était telle qu'il n'en disséminait pas trop autour de lui. Une fois les assiettes vides, le coréen entreprit de débarrasser la table. Il rangea la vaisselle dans le lave vaisselle et le reste de nourriture dans le frigo, avant de rejoindre Yen et Sora... Il les observa un instant en silence avant de croiser le regard de Yen.

K - Je vais aller m'allonger si ça ne t'embête pas...
Y - Repose-toi bien !

La matinée l'avait épuisé. Et la fatigue accumulée ces derniers temps à cause du programme ultra chargé que Yennefer leur avait concocté retombait d'un coup sur ses épaules, ne l'aidant pas à affronter ce brutal réveil... Elle lui adressa un sourire tendre, le suivant du regard un instant avant de reposer son attention sur Sora. Elle avait entrepris de lui lire une petite histoire en étant confortablement calé sur le canapé. C'était un livre d'éveil, différentes matières étaient à toucher. Cependant, bientôt la fatigue se fit sentir quand il commença à se frotter les yeux. Elle le prit dans ses bras pour l’amener dans son lit pour sa sieste. Elle l'observa s'endormir avec le même émerveillement des premiers jours. Son fils... Est-ce qu'un jour elle arriverait réellement à y croire ? Doucement, elle quitta la pièce afin de rejoindre sa propre chambre pour retrouver l'autre homme de sa vie. Et la plus discrète possible, elle se coucha à ses côtés.

Sentant un poids à côté de lui, le coréen papillonna un peu des yeux et soupira doucement avant de regarder Yen, les yeux à demi ouvert, encore légèrement plongé dans le sommeil. Une fois allongé sur leur lit, habillé et au dessus des draps, il s'était pratiquement tout de suite endormi. Il regarda Yennefer un moment, le temps de rassembler un peu ses pensées avant de prendre la parole d'une voix pâteuse de sommeil.

K - Hey... Qu'est-ce que tu as fait de Sora ?
Y - Il fait lui aussi sa sieste.

Il acquiesça doucement pour toute réponse. Installé sur le ventre, il avait remonté les bras sous sa tête et en baissa doucement un pour mieux voir Yen, abandonnant sa main entre eux deux. Il avait du mal à émerger, et d'ailleurs, il ne savait pas bien s'il voulait vraiment se réveiller ou se rendormir... Elle se rapprocha doucement, laissant une main glissait avec tendresse dans ses cheveux pour les caresser. Elle lui marmonna qu'il peut se rendormir, avant de se blottir contre lui. Il referma un bras autour d'elle et cala le visage dans ses cheveux, laissant passer un peu de temps dans le silence avant de prendre la parole en murmurant, timidement.

K - Et toi... Tout à l'heure tu me disais que si j'avais besoin de parler je pouvais mais... et toi ? Tu as besoin de parler ?

Elle resta silencieuse, réfléchissant à ses paroles dont elle ne s'y était pas attendue. Avait-elle besoin de parler ? Devait-elle être honnête ? Elle ne voulait pas le blesser.

Y - Ces derniers jours n'ont pas été facile moralement, mais je ne te dis pas ça pour te faire culpabiliser. Je me suis posée beaucoup de questions, j'ai remis certains de mes choix en doute. Ai-je bien fait de quitter le Haras ? Est-ce que j'arriverais réellement seule à te faire remonter la pente ? Pourquoi je n'ai pas vu ta détresse avant, aurai-je pu l'empêcher ? Est-ce que j'ai perdu à jamais l'homme que j'ai épousé ? Et si j'arrive pas où cette histoire nous mènerait ?

Elle marqua une pause, la voix soudainement nouée de se remémorer ses questions qui l'avait hanté très souvent la nuit.

Y - Est-ce que c'est fini maintenant, murmura-t-elle du bout des lèvres.

Le jeune homme inspira de façon un peu chaotique avant de serré un peu plus la jeune femme contre lui, laissant passer quelques secondes, le temps de choisir ses mots, avant de répondre dans un murmure empli d'émotion... Toutes ces questions qu'elle se posait le touchait... Plus qu'il ne l'aurait penser d'ailleurs, et malgré ses paroles, il ne pouvait s'empêcher de culpabiliser un peu...

K - Je ne peux pas te prédire l'avenir Yen mais... Je pense que oui... Je crois...

Il expira difficilement avant de déposé un long baiser sur son front, tremblant d'émotions. Sans qu'il ne puisse les retenir, quelques larmes perlèrent sur joues...

K - Je suis désolé Yen... Tellement désolé...

Il lui avait fait vivre un enfer... Et il ne s'en rendait compte que maintenant... Elle se blottit d'avantage contre lui en soupirant d'un certain bonheur, celui de l'avoir retrouver. Elle ne put retenir ses larmes elle-aussi sous l'émotion.

Y - Je sais... Tu n'étais plus toi-même... Je t'en veux pas, je t'en voudrais jamais...

Elle se redressa légèrement avant de venir l'embrasser chastement avec toute sa douceur. Le coréen répondit à son baiser, se calmant aussi un peu par ce biais. Quand il mit fin à leur baiser, il ne la lâcha pas pour autant, enfouissant le nez dans ses cheveux pour se calmer un peu. Il lui fallu de longues minutes avant que finalement, la fatigue ne l'emporte et qu'il ne se rendorme, d'un sommeil un peu plus léger que celui de la veille...

Elle s'était assoupie, avant d'entendre Sora qui s'était finalement réveillée. Elle jeta un regard vers le coréen, il semblait dormir d'un sommeil plus réparateur que ses derniers mois. Un sourire s'afficha sur ses lèvres avant de quitter la chambre en douceur. Elle retrouva Sora qui l'accueillit joyeusement en gazouillant comme un bien-heureux.

Y - Tu as bien dormi mon poussin, tu m'as l'air en forme !

Elle déposa des baisers sur ses joues avant de rejoindre le salon pour trouver une activité calme à faire. Le coréen mit un peu de temps à émerger de sa sieste, qui avait d'ailleurs été un peu trop longue. Il resta longuement étendu en travers de son lit, tel une étoile de mer échouée, fixant le plafond en restant perdu dans ses pensées. Les questions que Yen s'était posé et lui avait confié juste avant la sieste lui revenait en tête, se mêlant à son cauchemar et à l'analyse qu'il en avait faite. Il se remémorait également les paroles de Yennefer, au cours de la journée mais également au cours de ces dernières semaines. Il ne lui avait vraiment pas facilité la tâche, avec son humeur morose, irritable, son manque de réaction et ses répliques cinglantes, parfois un peu trop d'ailleurs...

Il ferma les yeux face à l'émotion qui grandissait en lui. Boule de nerfs venant se bloquer dans sa gorge face cette prise de conscience un peu violente. Mais il avait besoin de ça. Il n'aurait pas pu s'en sortir autrement... Il était comme ça. Il prit le temps de se calmer, restant toujours sur le lit, bras écarté, prenant toute la place sur le matelas. Et quand enfin il rouvrit les yeux, il allait déjà mieux et avait répondu à certaine de ses questions et apaisé certain de ses doutes. Il se leva, en douceur, s'étirant doucement pour chasser les tensions de ses muscles et rejoignit le rez-de-chaussée. Depuis l'escalier, il entendait les gazouillis de Sora, plutôt calme, et les réponses de Yen à ceux ci, comme s'ils étaient en grande conversation. Cette image lui arracha un sourire alors que, à pas de loup, il s'approchait du coin qu'ils avaient aménager pour que le petit homme puisse jouer en toute sécurité. Le père et le fils échangèrent un sourire avant que le coréen ne fasse demi tour pour aller piocher un livre dans son bureau. Quand il revint, il le donna à Yen sans un mot et prit le sien en échange, s'installant par terre, le dos en appui contre la baie vitrée pour être à la hauteur de Sora.

K - Il est temps que tu t'y mette, depuis que tu en parle.

Il lui servit un sourire espiègle avant de se plonger dans la première page de son livre, répondant de temps à autres à Sora quand celui-ci lui adressait quelques gazouillis. Il lui répondait en japonais, tout naturellement... Et maintenant que Yen avait dans les mains le premier tome d'une courte série de livre sur l'apprentissage du japonais, elle n'avait plus d'excuses pour ne pas s'y mettre aussi... Elle éclata de rire en laissant son regard lire la couverture du livre.

Y - Et merde, je pensais que tu avais oublié ce détail-là !

Elle se pencha vers Sora afin de lui chuchoter à l'oreille avec amusement, bien qu'elle parlait assez fort pour que son époux puisse l'entendre.

Y - Maman va devoir aussi apprendre le Japonais visiblement... Tu vas m'aider hein, car je sens que tu seras bien plus doué que moi.

Elle commença à lire la première page, avant de lancer un regard un poil désespérée au coréen.

Y - Je vais mettre des années pour apprendre ça, tu en as bien conscience ?

Le coréen releva les yeux vers elle, par dessous, souriant en coin.

K - Shikashi īe, anata ga hyōji sa remasu...

Il reposa les yeux sur son livre et eu un léger soupir, poursuivant sans vraiment retenir ce qu'il lisait. Il laissa passer quelques secondes avant de relever les yeux sur elle avec une certaine malice au fond des yeux. Elle s'était empressée de chercher dans le livre les mots qu'elle avait cru entendre, mais la tâche se révéla compliquée.

K - Si tu as besoin d'aide, tu connais un gars je crois qui parle couramment le japonais...

Elle ne tarda pas à chopper l'un des coussins du canapé pour l'envoyer en direction du coréen, en marmonnant avec un amusement qui vibrait dans sa voix. Le coréen attrapa le coussin avec un sourire et le cala derrière son dos sans sourciller.

Y - Je me demande bien qui ! J'ai rien compris à ta phrase... Puis par où je dois commencer... Je suis vraiment nul en langue !

Elle avait lâché depuis longtemps d'apprendre le français. Cependant, elle désirait réellement apprendre le Japonais, malgré ses ronchonneries. Elle s'approcha de son époux, lui adressant un tendre sourire, avant de demander sérieusement.

Y - Il existe une méthode efficace pour apprendre ?
K - La pratique c'est le meilleur moyen... Parler, lire... Tu peux commencer avec des mangas pour enfant. C'est ce que j'ai fait en arrivant au Japon... Enfin, ce que ma famille d'adoption m'a fait faire. Tu peux aussi regarder des animés en japonais, bien qu'ils parlent vite... Ensuite la base de la grammaire et de la conjugaison japonaise. Travaille plutôt la phonétique et l'oral... L'écrit avec les kanjis c'est compliqué. Il y en a pas trop dans le livre que je t'ai donné... C'est plus une écriture conventionnelle centrée sur la phonétique.

Il tendit la main pour avoir son livre, posant le sien à côté de lui en tapotant la place de l'autre côté de lui pour l'inviter à venir. Elle s'était rapprochée avec un sourire aux lèvres, un brin rassurée par ses explications. Le travail sur la phonétique et l'oral lui suffira largement.  Avec sérieux, il ouvrit son livre de cours et entama la première leçon, centrée sur les mots de bases de la politesse. La majeure partie des explications étaient en anglais mais au fur et à mesure du livre, il y en avait de plus en plus en japonais.

K - Commence par le début, ne te complique pas la vie en essayant d'aller trop vite. Les dix premières leçons du livres ne durent que dix minutes... Une par jour le matin ou le soir, ça ne prend pas longtemps. Après elles se compliquent un peu et prennent un peu plus de temps...
Y - Je vais peut-être y arriver, mais je sens que je vais pas enregistré les leçons dès la première journée...

Elle commençait à visualiser le planning de ses journées afin de caler ce temps consacré à l'apprentissage du Japonais. Il eut un léger soupir avant de tourner la tête vers elle.

K - Et tu peux t'entraîner à parler, avec moi ou avec Calum ou encore Misako. Elle sera ravie que tu l'appelle en lui parlant en japonais, tout comme...

Il suspendit sa phrase avec un pincement au coeur, sur le point de rajouter Nobu à la liste. Il prit une légère inspiration et reprit.

K - Lia... Tout comme Lia, même si vous ne vous connaissez pas beaucoup...

Elle fit comme si elle n'avais pas entendu la coupure dans sa phrase, se doutant bien que Lia n'était pas le prénom qu'il avait sur le bout des lèvres.

Y - J'oserais pas appeler Misako au début, surtout si mon vocabulaire est pauvre...

Pourtant, elle doutait qu'elle puisse se moquer de ses phrases mal construites, ou de son accents à couteaux tirés.

K - Tu devrais, elle est bien meilleure professeur que moi...
Y - Elle est plus patiente, plus pédagogique c'est ça ?
K - Exactement !

Il soupira légèrement et lui rendit le livre de cours, ouvert sur la première leçon avant de reprendre le sien.

Y - Tu vas me faire des interro surprises, demanda-t-elle avec amusement.

Elle s'était penchée pour l'embrasser chastement, le regard brillant de vie et de malice. Avant de se replonger dans la première leçon du livre. Il se retrouva un peu surprit par son baiser et ne répondit pas vraiment, se figeant l'espace de quelques secondes avant de répondre, un peu plus sérieux que la situation ne le demandait.

K - Je pourrais en effet ! Mais je note sévère, attention...
Y - Il y a peut-être moyen de soudoyer le professeur sévère non ? dit-elle avec malice.
K - Soudoyer ? Ce serait de la corruption d'homme Madame Ono, et je crois bien que c'est hors la loi... répondit-il avec une certaine gravité.
Y - Oh vraiment, rigola-t-elle.

Il adoucit sa phrase par un sourire malicieux, se rendant compte de son ton un peu rude, avant d'ouvrir les jambes sur Sora, qui trottinait doucement vers lui. Le petit enfant vint se caler entre ses jambes, grimpant un peu partout pour tester ses limites sans doute. Le coréen le laissa faire, le surveillant du coin de l'oeil en cas de chute. Il garda cependant un oeil sur sa montre et soupira.

K - Je suis obligé d'aller voir le Dr Liu aujourd'hui ? J'aurais préféré resté là...

La motivation n'était jamais au rendez-vous quand il devait aller à ses séances de psychothérapie, mais elle l'était encore moins ce jour là. Malgré tout, il se plierait à la volonté de Yen sur ce point. S'il y avait bien une chose qu'elle avait réussi à lui faire promettre, c'était celle là... Elle tourna le regard vers la montre, le temps s'était écoulée à une vitesse. Elle prit le temps de réfléchir avant de répondre à sa question, comprenant très bien que son envie n'était pas présent.

Y - Je pense qu'il est important d'aller voir le Dr Liu pendant encore quelques séances. Et particulièrement aujourd'hui... Cette journée est quand même riche en émotion pour toi. Je pense qu'il faut que tu lui en parles.

Elle marqua une pause avant de soupir doucement.

Y - Je suis la première à râler face aux psychologues... Mais, dans certaines situations... On a besoin d'un regard extérieur, d'une oreille neutre.

Il soupira avant d’acquiescer doucement, posant son livre pour tendre les mains à Sora. Le petit garçon attrapa avec un sourire les mains de son père et poussa sur ses petites jambes pour rester debout, permettant au coréen -sans que l'enfant de s'en rende vraiment compte- de replier ses jambes et amener le petit homme vers Yen.

K - Dans ce cas, il faut que j'y aille sinon je vais être en retard. A cette heure-ci la circulation sur Park Avenue c'est l'enfer et il faut que je la remonte pour aller à Lenox Hill...

Il se leva en douceur, déposant au passage un baiser léger sur le front de la jeune femme et rempli ses poches avec son téléphone et ses clés.

K - Je vais essayer de ne pas rentrer tard cette fois...

Il eut un soupir et une moue de désespoir. Le Dr Liu faisait toujours en sorte qu'il soit le dernier client de la journée ce qui amenait parfois à des heures interminables de discussion qui le faisait rentrer chez lui après le dîner. Mais cette fois, il était plutôt décidé à ce que cette séance ne dure pas... Pas trop en tout cas.

*  *  *

Il appuya sur le bouton de l'ascenseur d'un coup de doigt rageur et quand il se retrouva enfin seul dans la cabine de ce dernier, il se laissa aller contre le mur du fond, ferma les yeux et eut un long soupir pour évacuer la fatigue et la tension. C'était à mi chemin entre le soupir de désespoir et de soulagement. La séance avait encore une fois durée une éternité selon lui et une manifestation au pied du Metropolitan, à quelques pâté de maison de l'hôpital et encore quelques uns de chez eux l'avait considérablement retardé. Il se laissa porter par l'ascenseur et une fois en haut, il sorti à pas lent de ce dernier, rejoignant la porte de leur appartement. A cette heure-ci, il avait dû louper le dîner et le coucher de Sora. Encore une fois. Mais ce n'était pas de son fait.. Ou du moins, il s'en défendait. Il entra à pas de loup dans l'appartement, dans lequel une bonne odeur de nourriture flottait. Il fronça les sourcils et se débarassa de ses affaires dans l'entrée, avant de se diriger doucement vers le salon...

K - Yen ?

Elle ne tarda pas à laisser apparaître sa tête de la cuisine, lui adressant un immense sourire avant de lui faire signer de le rejoindre.

Y - Cela s'est bien passé ?

Elle ne s'était pas inquiété de le voir rentrer aussi tard, les premières fois avait été différente, mais elle faisait confiance au Dr Liu, ainsi qu'à son époux au fur et à mesure. Le coréen se contenta de hausser des épaules pour toute réponse en abandonnant sa veste sur une chaise en la rejoignant doucement. Au fil de ses pas, un fourmillement agréable grimpait le long de son dos.

Y - Je t'ai attendu pour le dîner, j'avais envie d'un bon risotto ! Je me suis un peu lâché dans le fromage...

Il la dévisagea un instant, les traits neutres, figé sur le seuil de la cuisine. Puis il eut une réaction qui l'étonna lui même, le surprenant au point qu'il mit un certain temps avant de la réprimé. Il ne savait pas si c'était son sourire, l'odeur alléchante du risotto ou le résultat de sa séance, mais il réduisit la distance qu'il il y avait entre eux de quelques pas rapides, prit la tête de la jeune femme entre ses mains et l'embrassa avec une fougue qu'il avait depuis trop longtemps enfoui. Rapprochant son corps du sien, l'obligeant avec lenteur à reculer jusqu'à ce qu'elle butte contre un plan de travail sur lequel il l'assit avec un certain empressement. Il se passa quelques minutes encore avant qu'il ne recule brusquement de quelques pas, haletant.

K - Je... Excuses moi... Je...

Il prit une grande inspiration pour se calmer et reprit, murmurant, comme s'excusant.

K - Merci... Pour le dîner... C'est euhm... Un risotto au fromage seulement ?

Son cœur s'était emballé sous l'assaut d'émotion qu'il l'avait envahi face à son baiser. Elle avait été grandement surprise, mais elle y avait répondu avec la même intensité. Elle resta un instant assise sur le plan de travail, remettant de l'ordre dans ses pensées. Avant de se laisser glisser pour s'approcher de lui, posant ses mains sur son visage...

Y - Pourquoi t'excuses-tu...

Il haussa simplement les épaules en baissant les yeux, un peu honteux sans trop savoir pourquoi un tel sentiment l'envahissait. Elle était sa femme après tout, il n'avait pas à se sentir honteux de la désirer... Elle marqua une pause avant de rajouter, le regard plongeait dans le sien.

Y - Cela faisait un moment que tu m'avais pas embrassé ainsi... et cela m'avait manqué de ressentir ton désir...

Il releva brièvement les yeux sur elle, l'espace d'une seconde avant de doucement hocher de la tête, toujours aux prises avec ce sentiment de honte dont l'origine lui échappait. Il reprit une inspiration chaotique en sortant doucement de la cuisine, indécis. Il se força à reprendre, d'une voix timide.

K - Sora est couché depuis longtemps ?
Y - Plus d'une heure, mais tu peux aller le voir. Tu ne le réveilleras pas, vu comment il a bien manger, il doit bien dormir là.

Elle lui adressa un sourire, comprenant qu'il y avait encore quelque chose qui devait ruminer dans ses pensées suite à son comportement. Elle n'arrivait pas à savoir exactement quoi, mais elle l'acceptait. Il venait de lui prouver qu'il la désirait toujours aussi intensément, bien que cela fut court. Il hocha de la tête et se glissa à l'étage d'un pas silencieux. Il laissa la lumière du couloir allumé pour laisser un flot de lumière tamisé entrer dans la chambre de son fils et s'approcha de son lit, le plus silencieusement possible, retenant même son souffle. Il resta simplement là à l'observer dans son sommeil, chose qu'il n'avait pas faite depuis des semaines et des semaines... Cette vision cependant, le calma un peu. Et quand il redescendit dans la vaste pièce de vie bien dix minutes plus tard, il était un peu plus serein. Il abandonna ses chaussures et ses chaussettes à l'entrée et remonta machinalement les manches de son pull fin pour aller se laver les mains, interrogeant doucement la jeune femme.

K - Tu as besoin d'aide pour mettre la table ou quoi que se soit ?
Y - Je veux bien que tu mets la table, le temps que je termine ça !

Elle lui jeta un regard, se rassurant rapidement en le voyant plus décontracté. Sora avait dès le début eut des effets calmants chez lui, bien qu'avec sa dépression rien n'y avait fait... Mais maintenant, cela redeviendrait comme avant petit à petit. Il répondit d'un bref hochement de tête et se mit à sa tâche, en essayant de ne pas non plus faire trop de bruit.

Y - Et pour le risotto, j'ai aussi mis des champignons et du blanc de poulet. En gros, un peu tout ce qui était à porter de main, dit-elle amusée.
K - Parfait, répondit-il avec un léger sourire.

Elle faisait rarement de la cuisine compliquée, mais sa simplicité était souvent agréable à manger. Elle termina de découper quelques fruits, en guise de déssert. Le menu était assez léger, mais vu l'heure il était préférable.

Y - Le Dr Liu a dit quelque chose sur le nombre de séance qu'il pense te rester suite à ce soir ?

Cette fois, le coréen serra un peu les dents et prit une légère inspiration avant de répondre.

K - Oui. On va passer à une séance en visio par semaine pendant encore quinze jours puis une par mois en visio ou en réel selon nos possibilités à nous déplacer l'un ou l'autre... Sans date limite.
Y - C'est une bonne chose !

Il avait âprement négocier ce nouveau calendrier, qui changeait radicalement de l'actuel. Il passait d'une séance tout les deux jours à une par semaine avec un changement tout aussi radical : la possibilité de retourner au Haras ou d'aller n'importe où dans le monde. Il ne savait pas encore très bien ce qu'il avait envie de faire. S'il voulait retourner avec l'équipe ou pas encore... Il craignait encore beaucoup leur réaction, leur regard et il n'était pas encore prêt à l'affronter. Peut-être que l'un d'eux pourrait venir leur rendre visite ? Cela fera un contact plus doux... C'est ce que le Dr Liu avait proposé en tout les cas et il ne trouvait pas l'idée étrange ou impossible. Cette séance, bien qu'elle lui avait paru interminable et lourde, avait été aussi l'une des plus efficace de toute sa thérapie. Jusque là, il avait tendance à se battre contre le psychologue, parlant peu, ruminant ses pensées, refusant de discuter et même de l'écouter, réfutant chacune de ses idées, rejetant tout en bloc. Mais ce soir, le ton avait changé. Il n'avait certes pas beaucoup parlé une fois de plus -seulement accepté de raconter son cauchemar dans le détail- mais il n'avait pas rejeté les idées et les paroles du docteur, qui lui aussi avait changé de ton, ayant bien remarqué le changement qui s'opérait chez le coréen...

Il soupira, s'installant sur sa chaise une fois la table mise et son verre rempli d'une liqueur coréenne qu'il affectionnait particulièrement. Il jouait avec le liquide translucide en attendant sa femme, et releva doucement les yeux sur elle quand elle arriva les bras chargé.

K - Ça été avec Sora ce soir ? Il a été sage ?
Y - Très sage, il ne s'est pas agité quand j'ai voulu le coucher. Bien qu'il serait resté plus longtemps dans son bain ce soir je pense. Mais ça a été, notre fils n'est pas trop caractériel, heureusement !
K - Oui c'est vrai...

Elle lui adressa un sourire, avant de lui attraper son assiette pour lui servir du risotto. Elle fit de même avec la sienne. Il répondit à son sourire avant de prendre une gorgée de son verre, soupirant sous l'effet brûlant de l'alcool fort dans sa gorge. Il ferma les yeux, se laissant envahir par cette sensation de chaleur émanant de son estomac avant de doucement les rouvrir pour regarder la jeune femme en entendant sa voix.

Y - Tu as envie qu'on prévoit quelques choses pour les semaines à venir ?

Elle s'était fait à cette routine loin des chevaux, bien qu'au fond elle commençait à ressentir un certain manque. Mais elle savait que cela serait que provisoire. Et puis, il était plus important que tout le reste... Il haussa des épaules, encore indécis et baissa les yeux sur son verre avec lequel il joua de nouveau, faisant tournoyer le liquide à l'intérieur.

K - Je ne sais pas... Je... Le Dr Liu m'a proposé de plutôt inviter quelqu'un de l'équipe à nous rejoindre au lieu de débarquer d'un coup au Haras... Je pensais à Louna ou les Dufour... L'un, l'autre ou les deux... Je ne sais pas trop encore...
Y - Je trouve que c'est une bonne idée, ne pas y aller trop vite... L'ambiance au Haras peut être étouffante par moment. Tu n'as pas besoin de te décider maintenant.

Il se tut un instant et acquiesça avant de poser son verre et de reprendre avec timidité cette fois, jouant avec un grain de riz du bout de sa fourchette.

K - Du coup j'ai aussi pensé que... Que dans quelques temps on pourrait... euhm... Retourné sur l'île... Quelques jours. Mais ça implique de faire garder Sora... Mais... Ce n'est peut être pas une bonne idée.

Sa dernière phrase avait été précipité, comme s'il balayait le reste de l'idée avant même qu'elle ne puisse vraiment germé. Elle leva son regard vers lui, légèrement surprise de sa proposition, avant que son visage s'illumina de joie.

Y - Je serais très heureuse de me retrouver sur l'île pendant quelques jours. Peut-être qu'on pourrait confier Sora à Misako, elle pourrait s'occuper de son petit-fils comme ça ? Tu en penses quoi, elle serait contente ?
K - Euh... Oui... Je pense... Il serait entouré de filles mais je ne pense pas que ça gêne qui que se soit... Il faudrait l'appeler pour lui demander.
Y - Je l'appellerai !

Il haussa des épaules encore un peu indécis et prit une fourchette de son risotto, prenant le temps d'en apprécié les saveurs, relevant timidement les yeux sur Yen.

K - Il est très bon ton risotto. Merci...
Y - Heureusement pour moi que mon époux n'est pas très difficile. Je suis contente qu'il te plaise !

Il sourit, timidement, poursuivant sa dégustation à petites bouchées, se plongeant parfois dans ses pensées en se remémorant les paroles du psychologue. Il aurait besoin d'un peu de temps pour digéré tout ce qui s'était dit et mettre en place les exercices demandés. Le Dr Liu lui avait toujours proposer d'appliquer des exercices simples mais c'était bien la première qu'il les acceptait... D'ailleurs, rien que le fait d'imaginer certain d'entre eux lui serrait la gorge de nervosité. Sans s'en rendre vraiment compte, il arriva au bout de son assiette et reprit son verre pour en siroter le reste de la liqueur à toutes petites gorgées. Il sorti un peu subitement de ses pensées, levant les yeux vers Yen et lui servant un sourire timide avant de se lever pour aller chercher son téléphone. Il farfouilla un instant dessus avant de lancé la lecture d'un album musical. Du jazz, calme, reposant. Il avala le reste de son verre d'une traite et le posa sur la table avec une certaine vigueur avant de tendre une main à la jeune femme, l'invitant silencieusement pour un slow improvisé...

Son regard s'illumina face à son invitation, si au début elle avait pu douter d'un changement chez son époux, ce n'était plus le cas maintenant. Elle retrouvait de plus en plus l'homme qu'elle a épousé. Et commençait à penser que la séance chez le psychologue était bien plus positive qu'elle l'aurait cru. Elle se colla à lui avec tendresse, suivant le rythme de la musique.

Y - La dernière fois qu'on a dansé un slow, c'était à notre mariage.
K - Hmm... C'est vrai...

Il avait répondu d'une voix  légèrement enrouée par la nervosité, bien que son contact commençait à l'apaiser un peu. Il arrivait petit à petit à se détendre, au fil de ses pas, la conduisant doucement à travers le salon. Elle plongea son regard dans le sien, avant de blottir sa tête dans son cou respirant à plein poumon son odeur rassurante.

Y - Et je pourrais y prendre goût...
K - Ah oui ? Pourquoi ça ne m'étonne pas ?
Y - Je suis si prévisible que ça, dit-elle en souriant.
K - Un peu... Avec le temps...

Il eu un fin sourire, posant finalement la bouche sur son front, fermant les yeux en profitant simplement de l'instant, en continuant de se détendre. En essayant de se vider la tête, d'appliqué les conseil du Dr Liu. Il laissa passer le morceau entier avant de se détaché finalement un petit peu d'elle sans pour autant la lâcher, murmurant doucement.

K - Tu veux manger le dessert ? Tu n'es pas trop fatiguée ?

Elle lui lança un regard, avant de soupir en reposant sa tête contre son épaule. Elle avait complètement zappé la salade de fruit qu'elle avait mis au frigo. A ses paroles, elle commença à ressentir la fatigue, mais elle voulait tellement pas mettre fin à cet instant-là.

Y - Je crois que je me suis trop goinfré de risotto...

Avait-elle marmonner avant de rajouter dans la même voix douce. Il acquiesça, ils pourraient toujours la manger le lendemain matin au petit déjeuner. Il referma doucement ses bras autour d'elle, calant à nouveau sa tête contre la sienne avec une certaine tendresse.

Y - Un peu... Il se pourrait que je m'endors sur toi... Tu me porteras jusqu'à la chambre...
K - Je pourrais oui...

Il suivait lentement le rythme de la musique, même s'ils restaient désormais un peu plus sur place qu'au départ. Il garda le silence, restant attentif à la jeune femme. Quand il la sentie vaciller un peu, il la prit avec délicatesse dans ses bras pour la monter à l'étage, la déposant sur leur lit en douceur. Il prit le temps de l'aider, dans son demi sommeil, à enlever ses vêtements et la faire glisser dans les draps. Avec lenteur et tendresse, il déposa un baiser sur son front, avant de regagner le rez de chaussé et ranger la table, débarrassant la salle à manger et nettoyant la cuisine. Ce n'est qu'une petite demi heure après qu'il coupa enfin la musique et la rejoignit, se glissant à côté d'elle à pas de loups, pour ne pas la réveiller. Malgré la fatigue émotionnelle qui l'envahissait, il ne trouva le sommeil que bien des heures plus tard, et ferma les yeux à un heure un peu trop proche de celle du réveil à son goût...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 719
Date d'inscription : 21/09/2012
Dim 6 Aoû - 15:54

* * *

Elle se tourna afin d'éteindre d'une main paresseuse le réveil sur la table de chevet, le maudissant silencieusement. Elle avait instauré l'absence de grasse matinée, plutôt pour elle que pour le coréen, afin d'enrichir les journées d'un planning chargé... Mais maintenant qu'un nouveau tournant semblait se dessiner, elle n'aurait pas dit non à une grasse matinée. Elle ouvrit doucement les yeux, qui se posa rapidement sur son mari encore endormi. Une chose incroyablement rare, encore plus quand le réveil vient de sonner. Elle se mit en face de lui, délicatement afin de ne pas le réveiller dans son mouvement. Avait-il mis longtemps à s'endormir ? Elle n'avait qu'un vague souvenir de la fin de soirée, la fatigue l'avait vite emporté. Avait-il fait d'autres cauchemars ? Est-ce qu'aujourd'hui sera une journée aussi riche en émotion que hier ? Elle ne put résister très longtemps, se rapprochant de son corps pour se blottir contre lui en soupirant de plaisir. Son regard fixa les courbes de son visage.

Le contact d'un corps chaud contre lui le fit doucement émerger de son sommeil, un peu trop court à son goût. Il avait eu une nuit assez calme mais malgré tout, un peu trop courte, même si c'était un habitué des petits quotas de sommeil. Une fois assez éveillé pour prendre conscience de la jeune femme contre lui, il passa un bras autour d'elle pour la serrer contre lui, sans pour autant ouvrir les yeux. Il resta longuement ainsi, encore à moitié endormi, avant de murmurer d'une voix rauque de sommeil.

K - Bonjour ma puce... Tu as bien dormi ?

Il était à peine conscient de ce qu'il disait, pas encore tout à fait réveiller. Mais il se connectait petit à petit avec la réalité, prenant conscience de ce qui l'entourait de plus en plus. Un sourire ne tarda pas à germer sur ses lèvres à ses paroles, déposant un chaste baiser avant de lui répondre.

Y - Oh oui... Je me suis vraiment assoupie comme une masse hier soir.
K - Hmm... 'Ai vu ça... dit-il d'une voix endormie.

Elle lui adressa un sourire, pendant que ses mains dessinaient des arabesques au niveau de son torse.

Y - Et toi ? Tu as pu dormir un peu ?

Elle se redressa légèrement afin d'observer plus attentivement les traits de son visage, sa nuit avait été courte. Il était encore marqué, mais d'une manière plus douce que ses derniers jours. Il semblait plus serein, mais peut-être se trompait-elle... Il était loin d'être un livre ouvert comme elle peut l'être. Il eut un gros soupir avant de s'étirer un peu, basculant sur le dos en douceur et papillonnant des yeux. Il tourna la tête vers elle, les yeux mi-clos, plus prêt de se refermer que de s'ouvrir complètement.

K - Un peu... J'ai pas pu m'endormir avant quatre heures et demi...

Il ferma complètement les yeux, se perdant un instant entre deux pensées nébuleuses avant de les rouvrir avec lenteur et marmonner à la limite de la compréhension.

K - Kesketuveufaire aujourd'hui...

Il n'avait même pas le ton de la question, trop engourdi pour ça. Sa main tenta mollement de se poser sur la sienne mais il loupa son coup et la laissa choir sur le lit, attendant une réponse qu'il ne savait pas bien s'il l'entendrait en entier ou pas... Elle ne put s'empêcher de sourire d'amusement à sa question, mais aussi à l'attitude du coréen. Elle ne serait pas surprise de le voir sombrer dans le sommeil. Il était entre deux parallèles, pas vraiment réveillé et pas totalement endormi.

Y - Rien... Lézardé à la maison...

Elle avait murmuré du bout des lèvres en reprenant ses caresses avant tendresse. Il pouvait se rendormir, cela n’enlèverait à rien son plaisir du moment. Elle profitait pour l'admirer, bien qu'il avait changé physiquement. Il avait perdu beaucoup de muscle, mais il resta à ses yeux toujours aussi désirable.

Y - Sora semble encore dormir... Il est encore tôt...
K - Hmm...

Il hocha de la tête pour signifier qu'il avait comprit, ou du moins il pensa le faire, sans savoir s'il l'avait vraiment fait ou pas. Il se laissait faire, émergeant tout doucement, en parti grâce à ses caresses qui commençaient à faire réagir son corps, à défaut de lui même. Des frissons parcourraient son corps sous l'assaut de ses doigts, l'amenant aussi à des pensées d'ordre plus intime. Dans son état de semi conscience, il ne choisissait pas vraiment où le conduisait ses pensées et ses réflexions et il ne pouvait que se laisser porter par la vague. Cependant il eut un bref éclair de lucidité, questionnant la jeune femme sans pour autant bouger, en parti inconscient des réactions naturelles de son corps.

K - Kesketufais ?

Son sourire s'était agrandi, se retenant de rire à ses paroles. Elle n'avait pas souvenir de l'avoir un jour vu aussi déconnecté, presque innocent en quelque sorte. Elle continuait à laisser ses mains parcourir son corps, ses caresses restaient très chastes bien qu'elle glissait de temps en temps vers des zones sensibles. Elle se pencha pour déposer un baiser sur sa joue, avant de lui répondre tout en laissant ses lèvres contre sa peau.

Y - Je te caresse tendrement, profitant de ta présence près de moi... Je savoure d'avoir mon mari à mes côtés, l'admirant autant du regard que du bout des doigts.

Un brin de malice vibrait dans sa voix, elle n'avait pas pu s'empêcher. Cependant, elle rajouta sérieusement. Il eut un soupir de contentement face à ses paroles, restant toujours immobile, les yeux clos.

Y - Tu veux que j'arrête ?
K - Je sais pas... C'est agréable...

Sa voix s'éteignit doucement toujours plongé dans le demi sommeil tel qu'il l'était. Il ne savait pas encore vers quoi la balance penchait le plus : vers le réveil ou le sommeil. Il se passa encore de longue minutes pour qu'il se rende compte qu'il prenait un peu plus conscience de ce qui l'entourait et des caresses de la jeune femme. Malgré tout, il resta immobile, les yeux clos, se vidant la tête pour se laisser simplement emporter par les sensations ; un exercice qui n'avait jamais été simple pour lui... Elle continua son exploration, lui donnant l'impression de le redécouvrir. Elle avait bien tenté de faire naître une émotion ces dernières semaines à travers ses caresses, sa tendresse charnelle, mais en vain. Elle aurait ressenti la même sensation que si elle avait caressé une statue de marbre. Ce matin, les sensations étaient différentes, même pour elle. Elle sentait des frissons sur sa peau, elle voyait quelques traits de son visage se transformer... Il était chaleur sous ses doigts, comme avant bien qu'il n'était pas pleinement conscient à cet instant. Elle déposa des chastes baisers dans son cou avant de remonter lentement vers sa mâchoire, puis sur ses lèvres.

Au début, il répondit de façon hésitante à ses baisers, encore parcouru des frissons de ses caresses. Mais au fil des secondes, plus il prenait possession de ses moyens et plus il répondait à l'assaut de ses lèvres, mettant également en action ses mains qui vinrent se poser avec délicatesse sur le corps de la jeune femme, comme s'il avait peur de la casser, qu'elle était fragile. Il effleurait sa peau du bout des doigts, au hasard ou plutôt, en aveugle. L'une de ses mains se glissa sous le t-shirt qu'elle portait en guise de pyjama parcourant avec une curiosité toute redécouverte... Comme s'il ne connaissait pas ce corps là... Comme s'il l'avait oublié plutôt. Il se laissait tout de même guider par la jeune femme, encore hésitant dans ses baisers et ses gestes, n'osant pas laisser courir ses mains sur des zones trop intimes, comme s'il n'en avait pas l'accès... Un soupir de plaisir s'échappa de ses lèvres en sentant ses mains parcourant à son tour son corps. Elle en avait tellement rêvé de cet instant, qu'elle lutta contre ses émotions pour ne pas y aller trop vite. Et même s'ils s'arrêtaient en court de route, elle était déjà comblée. Elle le guida subtilement vers les zones sensibles chez elle, l'invitant silencieusement à poursuivre son exploration. Ses lèvres ne tarda pas à glisser sur sa clavicule, mordillant légèrement avant de poursuivre leur descente. L'une de ses mains s'était posé à l'intérieure de sa cuisse gauche, faisant des caresses très futile sans trop remonter.

Le coréen se laissa faire, refermant les yeux sous l'effet des caresses de la polonaise. Il restait cependant toujours dans la retenue, même si son corps réagissait plus naturellement. Il se laissait guider par les envies de les désirs de sa femme, osant appuyer un peu plus ses caresses, passant sa seconde main sous son t-shirt. Il ne retint pas quelques soupirs discrets, témoin de son état détendu. Mais plus il se réveillait et plus ses gestes étaient retenus et ses soupirs discrets. Il resta cependant immobile, réceptif aux caresses de la demoiselle, se forçant un peu à rester dans cet état là et ne pas la couper dans son élan... Elle commença à le sentir tendu sous ses doigts, mais elle ne s'en focalisa pas pour le moment. Elle avait conscience qu'il risquait d'être envahi de questions, maintenant que le sommeil le quittait et qu'il retrouvait un pied à la réalité. Elle ne comptait pas le mettre en difficulté. C'est pour ça, qu'elle remonta doucement vers ses lèvres pour l'embrasser tendrement, reprenant des caresses plus chastes sur son torse.

Le coréen se détendit un peu en la sentant changer de stratégie mais il restait toujours un peu sur la réserve dans les caresses qu'il prodiguait à la jeune femme, n'osant pas trop approcher de ses zones érogènes. Il se passa encore quelques temps avant qu'il ne mette fin au baiser en douceur, plongeant un regard un peu timide dans le sien.

K - Est-ce que... -il prend une inspiration et bloque son souffle- est-ce que tu veux bien me faire un massage ?
Y - Bien sûr... Retourne-toi, je vais chercher l'huile.

Il avait posé sa question d'une traite, indécis. Il ne savait pas encore s'il regrettait sa question ou pas encore, il l'avait posé sans trop réfléchir, ayant seulement la pensée fugace que cela pourrait le détendre et permettre en même temps à Yen de combler cette envie de contact qui la tiraillait tant. Elle quitta le lit délicatement pour rejoindre la salle de bain, récupérant l'huile de massage qu'elle avait toujours dans sa trousse de toilette. Il se retourna en soupirant, soulagé qu'elle ait accepté et attendit sagement son retour en gardant un œil sur la salle de bain. Elle lui adressa un sourire à son retour auquel il répondit, avant de s'installer correctement. Après avoir chauffé l'huile dans ses mains, elle commença les premiers mouvements avec grande attention. Le coréen plongea le nez dans ses coussins, fermant les yeux en se concentrant exclusivement sur les gestes de Yennefer. Régulièrement, il se tendait, mais faisait l'effort de souffler et détendre tout son corps et petit à petit, il eut de moins en moins besoin de ce coup de souffle pour détendre ses muscles. Il fallait bien avouer aussi que Yen était particulièrement douée pour les massages... Il se passa un bon moment avant qu'il ne se laisse véritablement envahir par les vagues d'agréables fourmillements qui parcouraient ses muscles, et rendaient de plus en plus inconfortable sa position à plat ventre... Il ne put d'ailleurs empêcher les quelques gigotements de bassins qu'il eut, à la recherche d'une position plus confortable... Elle se pencha légèrement pour déposer un baiser sur sa joue, avant de demander dans un murmure.

Y - Tu veux que je te masse ailleurs ? La position n'est pas très agréable pour toi là... Il faut vraiment que j'investisse pour une table de massage.

Il fronça un peu les sourcils et papillonna des yeux.

K - Tu veux que je me retourne ou qu'on change de pièce ?
Y - Je vais te masser les pieds, comme ça tu seras plus confortable sans mon poids sur toi.

Elle déposa un chaste baiser sur sa clavicule avant de se glisser vers le bord du lit. Elle reprit une dose d'huile qu'elle chauffa avant de se remettre à masser. Les pieds pouvaient être une zone très sensible aux massages. Elle-même y réagissait énormément... On peut facilement l'endormir en appuyant sur les bonnes zones. Et elle n'était pas certaine de lui avoir déjà masser un jour les pieds. Son regard s'était tourné vers lui, l'observant avec attention afin de voir la moindre réaction. Il acquiesça doucement et se laissa faire, soupirant à l'allègement de poids sur son corps. Il se contenta de se décaler un peu, roulant à demi sur le flanc pour être moins gêné. Il ferma les yeux en soupirant à nouveau, se détendant encore un peu plus. Il découvrait de nouvelles sensations face à ce massage qu'elle ne lui avait jamais encore fait. Il n'était pas particulièrement chatouilleux, mais il se rendait compte qu'il était sensible à ses gestes, ce qui n'arrangeait pas la protubérance qui le gênait tant jusque là, au contraire. Il fini par lâcher un faible gémissement, serrant les mains sur les draps.

K - Je... Je ne savais pas que c'était une zone aussi sensible...
Y - Cela dépend des gens... Et de la personne qui masse...

Il soupira de nouveau, se tortillant un peu sur lui-même. Elle le massa pendant un moment, avant que sa maîtrise d'elle-même eut raison d'elle. Elle se faufila dans le lit afin d'être à son niveau, collant légèrement son corps au sien. Ses lèvres ne tardèrent pas à venir quémander les siennes avec une certaine malice. Elle avait parfaitement conscience dans quel état il se trouvait... Bien qu'elle ne savait pas trop comment y réagir. C'était peut-être trop tôt pour lui... Il répondit à ses baisers, refermant les bras autour d'elle pour la serrer contre lui. Il passa des mains un peu plus expertes sous son t-shirt sans pour autant chercher à lui enlever, toujours dans une certaine retenue...

Y - Je te désire... Mais c'est peut-être... Tu n'as peut-être pas envie...

Elle ne savait pas comment tourner sa phrase, qui sortit maladroitement du bout des lèvres. Il se mordit la lèvre, inspirant de façon un peu chaotique avant de poser une main hésitante sur sa joue, murmurant du bout des lèvres.

K - Mais toi oui...

Il ferma un instant les yeux, posant les lèvres sur son front, tiraillé entre deux extrêmes. Son corps mourrait d'envie de la posséder à nouveau, retrouver toutes ces sensations perdues, retrouver sa femme. Mais une autre part de lui restait hésitante, ne sachant pas s'il en avait le droit surtout après tout ce qu'il lui avait fait vivre... Après une nouvelle inspiration chaotique il prit une décision, venant à nouveau chercher les lèvres de sa femme, l'entraînant dans un roulement au centre du lit pour passer au dessus d'elle. Il était fébrile, un peu hésitant et luttait contre lui même mais il continuait dans son élan, qu'importe s'il lui arrivait de retenir sa respiration. Il laissa une traînée de baiser sur sa mâchoire, allant dans son cou avec un certain empressement. Il pressait son corps contre le sien, tentait tant bien que mal de s'abandonner à elle, mais malgré tout ses efforts, les sensations manquaient. Les sensations physiques étaient là, mais il lui manquait un petit quelque chose... Il lui cachait au mieux cela se concentrant sur le plaisir qu'il pouvait lui procurer et rien d'autre...

Elle se laissa envahir par les émotions, agrippant son corps avec une certaine fougue. Ses baisers balaya ses dernières barrières qui l’obligeait à rester maître de ses esprits, et surtout de ses désirs. Des gémissements s'échappèrent de ses lèvres, cherchant à ressentir la pression de son corps sur le sien, montrant son impatiente dévorante. Ses mains avaient repris leur assaut avec malice, cherchant à faire naître chez lui le même désir intense qu'elle. Mais sans ce tourbillon de sensation, elle était loin de se douter des tourments de son mari. Il répondit au mieux à ses demandes muettes, s'occultant lui-même. Il y allait avec lenteur et douceur cependant. Autant l'un que l'autre avaient eu quelques temps d'abstinence et il ne voulait pas lui faire mal ou quoi que se soit d'autre. Il restait attentif à ses réactions, modulant ses mouvements en fonctions d'elle, la couvrant de baisers pour lui cacher son manque de sensations. Il s'appliquait seulement à la faire grimper au septième ciel... Elle frémissait de désir, le murmurant qu'elle voulait le sentir en elle. Elle avait besoin d'évacuer cette frustration qu'elle avait longtemps contenue, d'oublier ses instants où sa fierté féminine en avait pris un coup face à la froideur de son mari. Et elle avait besoin de se perdre dans ses bras, dans ses sensations qu'il faisait naître chez elle lors de ses moments charnels. Ses gémissements se firent plus régulier, sa respiration commençait à devenir haletante.

Il lui fallu prendre encore un peu plus sur lui pour répondre à son envie, son désir. Avec lenteur bien qu'un peu tremblant, il répondit à sa demande, plongeant brièvement son regard dans le sien au moment d'entrer au contact de sa féminité. Il imprima un mouvement lent à leur étreinte, se concentrant seulement sur ses demandes, changeant de rythme selon ses désirs. Un fourmillement agréable parcourait son corps, mais il n'avait pas d'égal avec les frissons de plaisir qu'elle faisait naître chez lui avant la disparition de Nobu... Il enfoui son nez au creux de son cou, se concentrant sur ses mouvement, soutenant le rythme, répondant à ses envies. Le souffle rendu haletant par l'effort physique qu'il déployait plus que pour ce qu'il ressentait... Elle savait que le plaisir arriverait rapidement, elle n'avait pas l'envie ni la patience pour faire durer l'instant. Sous la fougue ses ongles marqua sa peau de quelques griffures, comme sa bouche marqua son cou d'un magnifique suçon. Elle l'incita à prendre un rythme plus soutenu, jusqu'à la libération où elle ne put retenir ses gémissements. Elle était comblée, mais aussi elle ressent une forme d'apaisement. Elle avait retrouvé son mari...

Le coréen, haletant, resta un instant le visage enfoui dans son cou, le temps de reprendre son souffle avant de doucement glisser sur le côté et se mettre sur le dos. Il leva doucement l'une de ses mains pour se pincer l'arrête du nez, ayant un peu de mal à reprendre ses esprits. Il la laissa reprendre son souffle, reprenant également le sien avant de se redresser doucement, lui demandant dans un murmure.

K - Tu euhm... Tu veux rester un peu là ou te lever tout de suite ?
Y - Hm... à la douche après...

Il était encore un peu hésitant, fuyant son regard. Il était de nouveau assaillit de doutes et de questions, se sentant un peu coupable sans, encore une fois, connaître l'origine véritable de cette sensation. Elle avait encore la respiration un peu sifflante, le regard brillant de plaisir. Elle se redressa légèrement afin de lui poser la main sur le bras, le caressant doucement avant de lui demander.

Y - Ça va ?

Elle avait bien vu son regard fuyant, faisant naître quelques questions. Elle ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter. Il inspira profondément, expirant lentement avant de hocher tout doucement de la tête pour la rassurer en plongeant brièvement le regard dans le sien. Il prit la parole en murmurant, cherchant un instant ses mots...

K - Je vais aller prendre une douche... Tu pourras y aller après et j'irai réveillé Sora... Ça te va ?
Y - Parfait...

Elle s'empressa pour s'allonger sur le vente, attrapant l'un des coussins qu'elle cala sous sa tête en soupirant de plaisir. Elle lui lança un regard, ainsi d'un sourire avant de fermer les yeux... Il ne serait pas surprenant qu'elle s'assoupisse un peu plus longtemps que le temps de sa douche... Il la laissa s'installer avant de déposer un long baiser sur sa tempe et s'éclipser doucement. Il fila dans la salle de bain et alluma le jet pluie de la douche, tournant le bouton pour n'avoir que de l'eau froide. Il ferma doucement la porte avant de se glisser sous l'eau, réprimant une exclamation de surprise sous l'effet de l'eau glacé. La différence de température lui fit brusquement augmenter sa respiration et il lui fallu quelques secondes pour retrouver le contrôle. Il se laissa envahir par les frissons, essayant aussi de se vider la tête par ce biais et se débarrasser du sentiment de culpabilité qui l'envahissait...

Une vingtaine de minutes plus tard, il coupait l'eau et nouait une serviette autour de ses hanches avant de se diriger vers les lavabos. Son regard fut tout de suite attiré par la rougeur qui ornait son cou et il l'examina d'un peu plus prêt, ne sachant pas très bien si les frissons qui lui parcouraient les reins à cette vision étaient un bon signe ou pas. Il abandonna son examen et se sécha rapidement avant de repasser dans leur chambre à pas de loup et enfiler un polo, un boxer et un jean. Il jeta un bref coup d'oeil à Yen et rabattu les draps sur elle, pour qu'elle n'ait pas froid, avant de sortir pour rejoindre Sora.

Le petit homme était réveillé, mais sans doute depuis peu. Il était encore allongé dans son lit et se frottait les yeux. Le coréen ouvrit doucement les rideaux occultant de sa fenêtre et s'approcha du lit, adressant un sourire un peu hésitant à son fils. Le bébé ne tarda pas à lui rendre son sourire et se tortiller dans son lit pour se redresser et se mettre tant bien que mal debout. Avec un léger rire, le coréen le prit dans ses bras, le saluant en japonais. Il l'emmena dans son coin salle de bain pour le changer et l'habiller, avant de retourner dans leur chambre, Sora dans ses bras. Il s'approcha doucement du lit et s'assit sur ce dernier, posant Sora sur le matelas qui fila à quatre pattes vers sa mère, se blottissant contre elle, l'imitant dans son sommeil...

Elle se réveilla doucement, sentant la présence d'un corps bien moins important que celui du coréen. Et un sourire ne tarda pas à s'afficher au bord de ses lèvres en voyant Sora contre elle. Elle serra ses bras autour de lui, avant de déposer un baiser sur le sommet de sa tête.

Y - Bonjour ma crapule...

Elle se redressa doucement, avant de rajouter avec amusement.

Y - Dit donc, Papa t'a fait tout beau aujourd'hui ! Et je pense que tu dois avoir faim hein.

Son regard se tourna vers le coréen, après un rapidement coup d'oeil en direction du réveil.

Y - Je file prendre ma douche et je vous rejoins !

Elle déposa un baiser de nouveau à Sora, avant d'embrasser son mari pour ensuite se glisser dans la salle de bain. Elle ne traîna pas à se préparer, le cœur léger et le moral gonflé de joie. Cette journée s'annonce être très agréable.

Le coréen avait lancé les cafés et fait un biberon de lait à Sora avant de s'installer dans un fauteuil qu'il avait tournée pour être face aux baies vitrées. Sora sur ses genoux, bien calé contre son torse, il buvait son biberon avec gourmandise, observant, tout comme son père, le paysage qui s'offrait à eux. Quand il entendit Yen descendre il tourna la tête vers elle en lui adressant un léger sourire.

K - Tu as un café dans la cuisine... J'ai sorti la salade de fruit du frigo, mais je voulais attendre qu'elle soit un peu moins fraîche...
Y - Je t'en sers un bol ?
K - Oui pourquoi pas...

L'envie n'y était pas mais il ne voulait pas l'inquiéter... Sora tourna la tête vers sa mère et sourit, mettant au passage un peu de lait partout, secouant doucement son biberon pour la saluer. La polonaise eut un sourire amusé de la réaction de Sora, il pouvait se révéler très démonstratif. Et là, le message était clair. Avec douceur, le coréen attrapa le biberon pour calmer son geste et le petit homme reprit sa dégustation sans broncher, reposant les yeux sur l'extérieur. Le coréen but une gorgée de son café en imitant son fils, poussant un léger soupir... Elle se dirigea vers la cuisine, afin de récupérer sa tasse de café, ainsi que la salade de fruit. Puis elle s'installa à son tour pour admirer à son tour la vue. Elle but quelques gorgées de son café, avant de briser les silences.

Y - J'aurai jamais cru qu'un jour je puisse trouver la vue d'une ville belle et reposante...

Le coréen eut un léger sourire et termina sa gorgée de café avant de lui répondre, d'un ton assez bas, presque murmurant.

K - Quand j'ai visité cet appartement, il n'y avait que cet étage d'habitable, le haut n'était pas du tout exploité et il n'y avait pas les baies vitrées... Mais avec une telle vue sur Central Park je ne pouvais pas laisser seulement des fenêtres...
Y - Cela aurait été dommage en effet !

Il soupira doucement avant de prendre une nouvelle gorgée de café et poser la tasse sur une petite console, la troquant contre son bol de salade de fruit. La réaction de Sora ne se fit pas attendre, il abaissa son biberon pour ouvrir grand la bouche et gazouiller, tendant une main vers le bol. Le coréen piocha un morceau de pêche et le lui donna, le laissant mâchouiller joyeusement son fruit alors qu'il en piochait un à son tour, le mâchant avec plus de lenteur que son fils. Cependant, il était ravi de partager son bol avec lui. Il laissa passer quelques temps avant de reprendre la parole, timidement, avec une certaine hésitation.

K - Je pense qu'il fera meilleurs aujourd'hui, on peut peut-être emmener Sora prendre l'air dans le parc dans la matinée ? Il fera une bonne sieste comme ça...
Y - C'est une bonne idée, qu'il gambade un peu dans l'herbe !

Et sans doute que lui aussi. Il se sentait déjà un peu las et l'accumulation de la courte nuit et du câlin au réveil ne l'aidait pas à être énergique, malgré la douche froide et le café... Elle mangea tranquillement sa salade de fruit, tout en les observant avec une immense joie. Ils avaient toujours été fusionnels, que c'était ainsi qu'elle aimait les voir. Elle n'était pas jalouse de cette relation père-fils, car elle avait aussi des moments avec Sora. Aurait-elle pu imaginer qu'un jour elle puisse avoir une vie de famille aussi paisible et agréable, en dépit des derrières jours ?

Y - Je me suis jamais renseignée, mais Maël est scolarisé à distance ?

Le coréen fronça un instant les sourcils avant de répondre, secoua négativement de la tête.

K - Non, il a réussi à négocier un prof particulier avec le directeur. Une classe multi-niveaux avec tout les enfants de l'académie. Ça fonctionne bien pour le primaire mais pour le collègue et le lycée il pense à le mettre en pension quelque part ou alors de lui prendre un prof particulier par quadrimestre avec des cours à distance... C'est un sujet en discussion avec Myriam, ils ne savent pas encore quoi faire. Ils ne veulent pas le privé de cheval et pour l'instant il a l'air bien parti pour faire une carrière de cavalier pro !

Il se tut un instant, donnant un nouveau morceau de fruit choisi à Sora qui ouvrait de nouveau la bouche en grand après avoir bu un peu de lait pour faire passer le premier morceau.

K - Qu'est-ce que tu voudrais pour Sora ?

Ils étaient encore loin des premiers jours de scolarité du petit homme mais ce n'était pas plus mal de commencer à se poser la question.

Y - Je ne sais pas trop... Qu'il grandit pas trop vite pour le garder avec nous, termina-t-elle avec amusement.
K - On a le temps de voir...

Elle ne doutait pas qu'ils auront le choix pour la scolarité de Sora, le facteur argent n'était pas un problème. Et elle souhaitait pour lui qu'il puisse faire de belles études... Bien que cela dépendrait surtout de Sora. Jamais elle ne le forcera à se lancer dans une branche qu'il ne désire pas, uniquement pour lui faire plaisir.

Y - Peut-être partir sur la même idée pour le primaire...
K - Oui... Izikel va faire la même chose... Pour Cathy. Ils sont presque du même âge avec Sora, ils pourront être en classe ensemble...

Il eut un léger soupir et prit une gorgée de café et un morceau de fruit qu'il mâchonna lentement, en donnant un autre à Sora au passage, trop ravi de ce qu'il avait. Il semblait être déjà aussi gourmand que son père et pas très difficile en ce qui concernait la nourriture... Ce qui était déjà une bonne chose. En règle générale de toute façon ils n'avaient pas à se plaindre du petit bonhomme.

Ils terminèrent leur petit déjeuner tranquillement avant de se préparer à sortir. Ils n'avaient pas besoin de prendre grand chose au vu de leur proximité avec le parc. C'était même un peu comme s'ils descendaient dans un grand jardin. Le coréen prit Sora dans ses bras et se posta dans l'entrée, un petit sac à dos dans le dos avec de quoi boire et grignoter et un livre. Les deux hommes tournèrent la tête vers Yen, dans une attente curieuse.

K - Je te laisse prendre les clés ?
S - Babedeu ?

Ils étaient sans nul doute prêt à partir, mais Sora un peu plus que son père... Elle hocha la tête en récupérant son sac où elle glissa son livre d'apprentissage de Japonais ainsi qu'une couverture, puis les clés après avoir refermer la porte d'entrée.

Y - A ce rythme-là, bientôt il va dire Papa Maman !

Elle se pencha vers Sora pour déposer un baiser sur sa joue, provoquant le rire de celui-ci en s'agitant un peu dans les bras de son père. Yennefer ne put s'empêcher de marmonner à son attention.

Y - Crapule va !

Les surnoms étaient nombreux avec elle, mais toujours très affectueux malgré les noms utilisés. Le coréen se contenta de sourire doucement à cet échange avant de sortir tranquillement. Ils ne tardèrent pas à parcourir le parc, la polonaise voulait un endroit au calme avec un peu d'ombre. Elle se dirigea vers un grand arbre, un peu à l'écart du chemin. Puis elle installa la couverture par terre avant de s'asseoir en soupir de plaisir.

Y - Parfait !

Le coréen suivit le mouvement. Une fois dehors il avait mit Sora ses épaules pour qu'il ait un meilleur point de vue. Trop content de sa position en hauteur, le petit homme souriait tout le temps et tapotait joyeusement sur la tête de son père à chaque chose qu'il voyait d'amusant. Kwaïgon ne s'en formalisa pas, le rappelant un peu à l'ordre quand il tapait trop fort. Il le déposa par terre une fois la couverture installée et il ne tarda pas à aller voir sa mère en trottinant à quatre pattes. Le coréen posa doucement son sac mais resta debout, les mains sur les hanches, observant son fils les sourcils un peu froncé.

K - Se serait bien que tu te mette à marcher toi...
Y - S'il est comme moi, il va mettre longtemps à marcher... Je suis restée un moment à quatre pattes en mode serpillière, d'après ma mère !

Il se perdit dans ses réflexions un moment, se déconnectant un peu du moment en restant debout, immobile... Elle attrapa Sora en s'amusant à le soulever au dessus de sa tête avant de l'embrasser de manière très sonore sur ses joues, provoquant son fou rire. Elle joua un moment avec lui avant de le laisser s'installer au creux de ses jambes. Elle releva le regard vers le coréen, demandant doucement.

Y - Tu penses à quoi ?

Il se reconnecta à eux suite à la question de la jeune femme et laissa ses bras retomber le long de son corps en prenant place à côté d'eux.

K - Rien de très palpitant...

Il servit à Yen un sourire timide. Il ne lui parlait que très peu du contenu de ses séances avec le Dr Liu et le contenu de ses pensées, surtout ces derniers temps. Qu'il lui ait raconté son cauchemar relevait de l'exceptionnel. Il soupira et attrapa son sac pour prendre son livre. Le dos appuyé contre le tronc, il entama la première page, gardant tout de même un oeil sur Sora et Yen...

Malgré tout les efforts qu'il déployait cependant, il était trop assailli par ses pensées et n'arrivait pas à retenir ce qu'il lisait, enchaînant les pages sans savoir ce qu'elles disaient vraiment. Il fini par refermer son livre dans un geste un peu colérique et le fourrer dans son sac avec un soupir. Il tendit finalement les mains vers Sora en se levant doucement. Le petit homme répondit avec une joie non dissimulée à cette invitation.

K - Allez viens toi... On va aller faire un tour et laisser maman apprendre ses leçons.
Y - Zut... me voilà piégée, dit-elle en souriant.

Il souleva Sora pour le mettre sur ses épaules et lui fit faire un signe de main à Yen, souriant doucement.

K - A toute à l'heure maman !
Y - A toute à l'heure poussin !

Ils reprirent doucement la direction du chemin, sous les rires de Sora. Il gazouillait joyeusement et le coréen lui répondait en japonais, reprenant ses bonnes habitudes. Ils marchèrent ainsi un bon moment. Le coréen s'arrêtait souvent pour laisser le temps à Sora de découvrir certaines choses inconnues ou amusantes pour lui. Au bout d'un long moment, ils firent demi tour et sur le dernier tiers du chemin vers Yen, le coréen posa le petit homme par terre, le tenant par les mains pour qu'il s'exerce à marcher un peu. Il avait le pas hésitant et lent mais il se débrouillait pas trop mal et ils arrivèrent tranquillement jusqu'à Yen. Il le lâcha une fois sur la couverture et le petit homme s'écroula à quatre pattes en rigolant pour aller jusqu'à sa mère. Le coréen en profita pour s'étirer, ayant passé pas mal de temps plié en deux et s'allongea sur la couverture en soupirant...

Elle s'était rapidement plongée dans la deuxième leçon, après avoir relu la première leçon pour être sûre qu'elle avait tout retenu de la veille. Finalement, ce n'était pas aussi laborieux qu'elle l'aurait cru et elle commençait à se prendre au jeu. Bien qu'elle avait conscience qu'au fur et à mesure quand la difficulté arrivera enfin, elle risquerait de ronchonner légèrement. Elle venait de terminer sa leçon, quand elle les vit arriver. Un sourire s'était affiché sur ses lèvres en voyant Sora marchait grâce à l'aide de son père. Et elle accueilli avec tendresse son fils qui ne tarda pas à se blottir contre elle. Elle lança un regard amusé à son mari qui s'était allongé en soupirant à ses côtés.

Y - Dit donc, tu as cassé Papa, marmonna-t-elle en déposant un baiser au sommet de sa tête. Qu'est-ce que cela va être quand tu commenceras à nous faire mille bêtises hein !

Sora rigola un moment avant de se caler contre elle, jouant avec le trousseau de clé qu'elle lui avait tendu et où se trouvait une mini-peluche en forme de cheval.

Y - Je compte appeler Misako dans la journée, est-ce que je commence à lui demander pour Sora... Ou en attend d'avoir les dates ?

Le coréen prit une grande inspiration, chaotique, avant de répondre doucement.

K - Comme tu veux... Comme tu le sens, selon ce qu'elle te dit... Je ne sais pas trop...

Il haussa des épaules. A vrai dire, il n'était pas encore vraiment prêt à prendre ce genre de décision, tout était encore flou dans sa tête. Et malgré la balade avec Sora, il n'avait pas réussi à faire le vide ou ne serait-ce que le point. Leur étreinte du matin le touchait et le questionnait plus que ce qu'il n'aurait cru. Il porta un instant les mains à ses yeux pour se retrouver dans le noir et soupira à nouveau, de façon chaotique. Il fit appel à son sang-froid pour se forcer à quelques exercices de respiration, se calmant peu à peu. Il finit par laisser à nouveau les bras retomber le long de son corps et tourna la tête vers Yen et Sora. Il semblait bien installer contre sa mère...

K - Qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu voudrais manger à midi ?

Il avait posé la question timidement, fronçant un peu trop les sourcils pour que se soit complètement naturel mais il faisait l'effort de demander, cherchant aussi à se détourner de ses pensées par la même occasion...

Y - On pourrait peut-être commander ? Tu penses qu'on peut se faire livrer dans le parc ?

Maintenant qu'elle était confortablement installée, Sora contre elle... Sa motivation pour bouger ailleurs était proche du néant. Et puis, l'endroit était très reposant, ainsi que les températures.

Y - Et je ne sais pas si j'ai pas envie de sucré là... Et toi ?

Elle voyait bien qu'il y avait quelque chose qui semblait le troubler, mais elle n'arrive pas à savoir quoi. Et elle préférait ne pas lui faire la remarque pour le moment, bien que sa patience aura des limites... Il soupira et se redressa doucement pour s'asseoir tournant doucement la tête vers elle.

K - Je ne crois pas que quiconque livre dans le parc mais... Je vais voir ce que je trouve...

Il se leva et allait partir quand il suspendit son geste pour venir déposer un baiser rapide sur sa tête.

K - Quelque chose de sucré.

Il sourit doucement et s'éloigna, à la recherche d'un vendeur ambulant ou n'importe quoi qui vende un casse-croûte sucré. Il mit une quinzaine de minutes avant de trouvé quelque chose de satisfaisant et revint vers Yen et Sora avec deux gros bretzel, un au chocolat et un nature. Il tendit les deux à Yen et Sora avant de se réinstaller dans un soupir las, se plongeant dans l'observation des passants. En plus de ses doutes, la fatigue commençait à s'ajouter à son panel de ressentit... Elle croqua dans l'immense bretzel avec gourmandise, souriant face à Sora qui mâchouillait le sien comme il pouvait le faire avec l'oreille d'une peluche. Elle tourna son attention vers son mari, sentant de plus en plus qu'il était rongé par quelque chose. Et elle ne tiendra pas plus longtemps...

Y - Amour... Il se passe quoi là ? Quelque chose te préoccupe, on peut en parler...

Il prit une grande inspiration et tourna la tête vers Yen, étirant les lèvres en une sorte de sourire, sourire qui s'agrandit en voyant Sora se régaler avec le sien.

K - Non je... Non ça va aller... Ce n'est rien de grave, je réfléchis c'est tout. Il n'y a pas lieu de s'inquiéter.
Y - D'accord.

Il ne replongeait pas, il était seulement un peu perdu. Il se força à un sourire, pour la rassurer, avant de reprendre d'une voix douce.

K - Alors ces leçons de japonais, qu'est-ce que ça donne pour l'instant ?
Y - Et bien pour le moment...ça va, c'est amusant.

Un sourire germa sur ses lèvres avant de croquer un bout pour ensuite reprendre avec une pointe d'amusement dans sa voix.

Y - Mais quand les leçons plus compliquée, cela risque d'être une autre histoire. Heureusement que tu m'aimes, même quand je ronchonne et que j'ai mon sale caractère !

Il sourit, rassuré et un peu amusé par ses paroles, se disant intérieurement que c'était plutôt le contraire et qu'il avait bien de la chance qu'elle l'aime et le désire toujours autant. Cette pensée lui serra la gorge et il ne répondit rien...

*  *  *
                                                           
Ils avaient passé une bonne partie de la matinée dans le parc et n'étaient rentré que lorsque la fatigue avait commencé à emporté Sora. La fatigue était également présente chez Yen et Kwai mais les pensées qui envahissaient le coréen lui empêchait tout repos. Il laissa Yen et Sora sur le canapé où ils s'étaient endormi et s'enferma dans le bureau. L'envie de se confier à Misako, le besoin plutôt, s'était doucement insinuée en lui au fil de leur matinée mais maintenant qu'il était devant la page blanche de son mail, il ne savait que lui écrire.

Il fini par coucher sur le clavier tout ses doutes, toutes ses craintes, qu'elles soient fondées ou non. Cela ne faisait que deux jours qu'il prenait conscience de tout le chemin parcouru et il ne devrait pas tant s'inquiéter, le psychologue lui ayant spécifié qu'il lui faudrait du temps avant de remonter la pente et qu'elle se ferait au prix d'efforts quotidien mais il ne pouvait s'empêcher de douter. De s'inquiéter... Au fil de ses lignes, sa gorge se nouait de plus en plus et ses doigts tremblaient sur le clavier... Allait-il véritablement réussir à remonter la pente ? Allait-il à nouveau éprouver du désir envers Yen ? Allait-il pouvoir à nouveau sourire sans se forcer ? Que tout ce qu'il éprouvait avant revienne et l'envahisse ? Il se sentait perdu face à ses réactions, qui n'était pas vraiment en phase avec ce qu'il ressentait... Peut-être y allaient-ils trop vite... Il ne prit pas la peine de relire son texte, prenant le risque qu'elle n'y comprenne rien tant il était brouillon et désordonné. Pas du tout ce qui lui ressemblait. Après l'envoi, il referma le pc d'un coup sec et prit la tête entre ses mains, incapable de retenir le sanglot qui menaçait dans sa gorge depuis qu'il avait commencé à écrire...

Elle s'était réveillée, posant rapidement son regard sur son fils qui s'était assoupie sur elle. Elle lui caressa tendrement les cheveux, similaire à ceux de son père. Sora était profondément endormi, qu'il ne se réveilla même pas quand elle le ramena à sa chambre pour le coucher dans son lit. Elle revient au salon, avant de se mettre à chercher Kwaïgon, une douce panique commençait à l'envahir quand elle ne le trouva pas dans leur chambre... Mais elle fut attirer par un bruit en direction du bureau, dont la porte était fermé. Elle s'empressa de l'ouvrir délicatement, se figeant légèrement en le voyant sangloter. Puis lentement, elle s'approcha de lui pour l'enlacer tendrement. Elle murmura faiblement qu'elle était là... Qu'il n'était pas seul... Le coréen se laissa faire, agrippant Yen comme une bouée de sauvetage, l'espace d'un instant. Cependant, il se reprit, séchant ses larmes et libérant sa femme de son emprise. Il prit une grande inspiration et croisa son regard, brièvement.

K - Merci... Excuses-moi je...

Il se tut, portant une main à ses lèvres pour en empêcher le tremblement avant de reprendre doucement.

K - Ça va... J'ai juste... Je... Je suis désolé...

Il secoua doucement la tête, ne sachant que répondre d'autre, n'arrivant pas à ordonner ses pensées. Il avait craqué face à ses doutes, mais il était incapable de mettre des mots dessus. Elle posa délicatement ses mains sur son visage, l'encadrant avec tendresse.

Y - Tu n'as pas besoin de t'excuser... Je sais qu'en ce moment c'est compliqué pour toi, ce n'est pas grave... Et tu as le droit de craquer.

Elle plongea un instant son regard dans le sien, avant de déposer chastement ses lèvres au bord des siennes. Puis elle se recula légèrement, attrapant l'une de ses mains afin de le guider vers le chambre.

Y - Tu es fatigué... Est-ce que tu as besoin de somnifère pour dormir un peu ?

Il se laissa guider et acquiesça. Un somnifère arriverait peut-être à le faire dormir d'un sommeil sans rêve, le libérant de ses pensées sombres. Il se laissa tomber sur leur lit, de son côté, à plat ventre et attendit, ne se redressant que pour prendre son somnifère. Et qu'importe s'il créait un décalage dans son rythme habituel... Il en avait besoin... Il s’endormit vite, n'entendant même pas son téléphone vibrer sur sa table de nuit, où il l'y avait abandonné quelques instants plus tôt...


J'ai 1 758 lignes
Utilisation d'un résumé x3 de Louna !
Des points pour Yen !
Merciiii ! ^^



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 719
Date d'inscription : 21/09/2012
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: