Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au coeur de la tourmente V

 :: Les Chapitres :: Chapitre 6 :: Hors-série Louna
Lun 12 Nov - 20:19

Hors série

Louna

Au coeur de la tourmente V ;

Musique : A survivor is born - OST Tomb Raider

Je me souviens que quand j'étais petite, ma grand-mère me faisait des gaufres. Elle posait dessus une noix de beurre salé et nappait le tout de caramel qu'elle faisait elle même. J'adorais l'odeur du caramel et de la pâte à gaufre chaude. Je me plais à croire que c'est cette odeur qui m'a amener au réveil. Bien que la douleur y soit aussi pour quelque chose... Ou alors le bruit ? Je n'arrive pas très bien à savoir. Je n'en serais jamais sûre je pense... Mais en tout cas, le souvenir de ces gaufres est le premier qui m'est venu à l'esprit. Je ne sais pourquoi, quand tout le reste s'est effacé, ces gaufres sont restés...

Lorsque j'ai ouvert les yeux, j'ai été prise de panique. J'en ai le souffle coupé. Instinctivement j'ai hurlé et essayé de m'échapper. J'étais dans un cercueil ! En réalité, c'était le tube du scanner. Le bruit ambiant était atroce... c'est "boum boum" répété à vous crever les tympans ! J'ai hurlé et levé les bras. Mes muscles n'ont pas répondu comme je le voulais. Ils étaient lourds et lents. Ma gorge enrouée. Et par dessus tout, la douleur qui parcourait mon corps était insupportable. Deux médecins sont venu me sortir du scanner et m'ont donné un calmant léger. Ils ne voulaient pas que je me rendorme, et moi non plus d'ailleurs. Il a fallu une bonne heure pour me calmer, qu'ils m'explique ce qu'il s'était passé et qu'il me pose des questions. J'ai répondu. Ou du moins, j'ai essayé. Je ne savais pas... Je ne savais plus. Ils m'ont ensuite amené dans une chambre qui n'était pas la mienne et j'ai attendu.

Je me souviens de certaines choses. Je me souviens de l'accident. Des chevaux, du Haras. Je me souviens d'Enzo, de notre mariage. De Liam, de Myriam. De leur fils. Je me souviens de Kwaïgon et d'Ale. De Logan aussi et de la petite Neyla... Je me souviens d'Ezra et de mon père. De James et de Peter. Je me souviens de certains pays dans lesquels nous sommes aller. Mais beaucoup trop de choses sont floues et me laissent un goût amer dans le bouche... Finalement, Enzo, Auréline et Myriam ont eu l'autorisation de venir me voir. Mais pas tous en même temps, pour éviter le choc. A vrai dire, le choc émotionnel, je l'avais déjà. La vision du scanner, de la grille qui m'emprisonne le visage me fait déjà frissonner d'horreur.

Il se passe quelques heures avant qu'Enzo n'entre dans ma chambre. Quelques heures durant lesquelles j'ai droit à quelques examens, quelques questions. On me demande ce que je ressens, ce dont je me souviens, comment je m'appelle. Je répond avec agacement et nervosité. Je veux un visage familier. Je veux sortir d'ici. Je m'agace, incapable de porter un verre à mes lèvres tellement mes muscles sont atrophiés. J'ai passé plus d'un mois dans le coma. Malgré cela, je suis fatiguée. Le médecin m'apprends que c'est une chose normale : le réveil demande de l'énergie, et mon corps n'a plus l'habitude de faire des efforts. Je vais devoir rester encore un peu à l'hôpital, mais personne n'est capable de me dire combien de temps...

Puis je reste seule... Une attente qui me parait interminable... Puis enfin, trois coups à la porte me font sursauter. Je la fixe, inquiète, nerveuse. Enzo passe la porte et cette fois, c'est presque la peur qui me saisit. Il n'est plus que l'ombre de lui-même... Pâle, des cernes sous les yeux... Et en larme... Il n'a plus voulu me quitter d'une seule seconde, et moi non plus d'ailleurs. Auréline, sa mère est resté avec nous. Myriam est resté quelques jours avant de rejoindre le Haras. Je les y rejoindrais bientôt de toute façon...



L'odeur. L'odeur et le bruit des chevaux. Voilà ce qui me fait frissonner le plus. Voilà ce qui me fait sourire avant même la vision du cheval. Et quand le 4x4 d'Enzo s'est garé au parking du Haras, à Singapour, c'est ce qui m'a fait sourire en descendant. L'odeur du foin et le hennissement lointain d'un cheval au paddock. Je suis resté presque un mois supplémentaire à l'hôpital, pour faire de la rééducation. J'avais besoin de me re-muscler. Et même si je pouvais marcher et tenir une tasse de café, il m'était encore formellement interdit de monter à cheval. Ni même d'en tenir un en main. J'avais des exercices quotidiens à faire et des séances de kiné deux fois par semaine. J'avais cependant insisté et réussi à gagner un combat : Myriam s'occuperait de mes séances ostéopathiques. Après tout, avant de se spécialisé dans l'équin, elle était dans l'humain...

Entourée de mon châle en laine, main dans la main avec Enzo, j'avais insisté pour aller à mon élevage avant de monter dans ma chambre et traîner dans le manoir. Le jeune homme avait accepté mais voulait absolument m'accompagner, ce que je ne refusais pas. En faisant le chemin vers mon élevage, je découvrais en même temps le nouveau domaine du Haras. Encore une fois, les installations ne manquaient pas de superbe ! Pierre avait toujours le chic pour nous trouver des lieux superbes, à la hauteur de l'académie...

Lorsque nous arrivâmes aux portes de mon élevage, je souris au panneau qui la surplombait. "Narita's Travellers"... D'où m'étais venu l'idée de ce nom ? Je l'ignorais. Mais j'appréciais le nom que je lui avais donné. Au milieu de l'allée, Caraanu Pi était attaché. Il regardait fièrement devant lui, de toute sa hauteur. Je lui tendais une main fébrile, qu'il vint doucement sentir, avec une délicatesse qui m'étonnerais à chaque fois. Je passais ensuite ma main sur son chanfrein et il se laissa faire, soupirant de bonheur. Une tête sorti de la sellerie avec le sourire. Le jeune homme déposa la selle et le filet qu'il tenait sur un support et vint me prendre dans ses bras, avec délicatesse.

Ezra — Louna... Qu'est-ce que c'est bon de te revoir !

Je souris lorsque notre étreinte prit fin.

Louna — Merci Ezra... Comment... Comment vas-tu ?

Le jeune homme sourit de nouveau et salua Enzo d'une poignée de main chaleureuse avant de reporter son attention sur moi.

Ezra — Très très bien ! Bien mieux depuis qu'on sait que tu es réveillée !

Je souris. J'avais eu pas mal de monde au téléphone, mais pas tous. Certains se réservaient peut-être pour un face à face...

Louna — Et l'élevage ?
Ezra — Tout va très bien ! Nara a mis bas cette semaine, elle est au centre de soin pour que se soit plus pratique à Tom d'aller la voir. Mais comme d'habitude, c'est une mère parfaite.
Louna — C'est super ! J'irai la voir alors tout à l'heure... Ou dans la semaine.

Enzo avait grimacé à ma soudaine envie d'aller voir Nara, mais j'avais réussi à rattraper le coup. La discussion avec Ezra se poursuivie un peu. Nous parlions des prochains concours quand un autre homme entra dans l'allée. Il était suivi d'un petit lynx roux, dont le pelage changeait doucement de couleur pour passer au gris. Je souris à la vision de mon gros chat, qui trottina vers moi en ronronnant. Je me baissais un peu pour lui gratter la tête.

Walig — Louna ? Je... Je ne savais pas que tu rentrais aujourd'hui... Ça va ?

Je relevais les yeux sur l'homme qui venait de parler et restais interdite. Je ne le connaissais pas. Ou plutôt, je ne le reconnaissais pas. Je me relevais doucement et jetais un regard plaintif à Enzo. Il comprit tout de suite ce qu'il se passait. Il avait plusieurs fois fait l'expérience de ces amnésies au cours du mois précédent.

Enzo — Euhm... Izikel. Louna a... Enfin est amnésique sur certains points et apparemment, tu en fais parti.

Mon Enzo prend une grande inspiration et se tourne vers moi et me caresse le bras avec tendresse, pour me réconforter. Il sait que dans ces moments là, je peux être prise de panique. Le dénommé Izikel est visiblement mal à l'aise, il ne dit rien. Il nous sert un sourire pincé et hoche doucement de la tête, comme s'il s'y attendait. Une vague de culpabilité m'envahit. Pourquoi je ne me souviens plus de lui ?

Louna — Je suis désolée...
Walig — Ne le sois pas. C'est sans doute mieux comme ça.

Sans doute mieux comme ça ? Que veut-il dire ? Cette fois, l'incompréhension se lit sur mon visage. Mais je n'ai pas le temps d'ajouter quoi que se soit. Il donne rendez-vous à Ezra et s'éclipse d'un pas rapide, que je suis incapable de rattraper dans mon état actuel. Je reste perdue un moment et me tourne finalement vers Ezra.

Louna — Qu'est-ce qu'il a voulu dire ? Pourquoi c'est mieux comme ça ?

Le métis soupire mais finalement il me sourit gentiment.

Ezra — Ne t'inquiète pas... C'est juste que vous ne vous entendiez pas très bien. Mais ça va aller... Il n'est pas méchant.

Il me sourit et je finis par me détendre. Mais en attendant, toute cette histoire ne me plaît pas vraiment... Si j'ai oublié une personne et tous les souvenirs qui vont avec, qu'ai-je oublié d'autre d'important ?



Halloween

- - - - - - - -

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 797
Date d'inscription : 21/09/2012
Page 1 sur 1
Sauter vers: